Enquête de santé, Attentats, agressions : surmonter le traumatisme

Enquête de santé, Attentats, agressions : surmonter le traumatisme
Diffusé le 06-06-2018
Replay | Durée : 120 minutes
Présenté par Michel Cymes et Marina Carrère d’Encausse
Jean-Camille, Fanny, Sylvain et Elisabeth ont frôlé la mort. Une rupture dans leur vie qui a laissé une blessure invisible, un traumatisme psychique.

Accident, attentat, violence ou agression sexuelle… Après de tels chocs émotionnels, les victimes et les témoins peuvent développer un syndrome de stress post-traumatique. Emprisonnés dans leurs cauchemars, les images et les sons hantent ces survivants qui revivent sans cesse leur calvaire.

Perturbation du sommeil, troubles cardiaques, hypervigilance, dépression, actes auto-agressifs pouvant conduire suicide… Les symptômes sont invalidants et la maladie chronique.

Que se passe t-il dans le cerveau de ces victimes ? Quelles sont les thérapies les plus efficaces pour lutter contre ces traumatismes ? Et peut-on guérir de ces blessures invisibles ?

Aujourd’hui, la prise en charge des milliers de traumatisés psychiques est devenu un enjeu de santé publique. Les études et les essais cliniques se multiplient, des thérapies innovantes apparaissent avec leur lot de controverses.


Les invités :

Dr Muriel SALMONA, psychiatre et présidente de l’association Mémoire traumatique et victimologie
Pr Florence ASKENAZY, chef du service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent CHU Lenval de Nice
Dr Patrick PELLOUX, médecin urgentiste et président de l’Association des Médecins Urgentistes de France
Dr Laurent-Melchior MARTINEZ, coordonnateur national du soutien médico-psychologique des armées

La molécule qui efface les pensées indésirables

La molécule qui efface les pensées indésirables
21/11/2017
Par Bénédicte Salthun-Lassalle
rédactrice en chef adjointe à Cerveau & Psycho.
Pour la première fois, on a identifié la molécule qui bloque, dans le centre cérébral de la mémoire (l’hippocampe), le rappel des souvenirs, pensées ou images intrusives.
Il est tard, vous êtes couché, mais ne trouvez pas le sommeil, car vous ruminez sans cesse l’altercation que vous avez eue dans la journée avec votre collègue… Ce souvenir intrusif tourne en boucle dans votre cerveau. Essayez de l’oublier et il semble encore plus intense : difficile de contrôler vos pensées conscientes. Peut-on supprimer ces idées noires ? L’équipe de Michael Anderson, de l’université de Cambridge en Angleterre, a montré que l’on était capable d’inhiber ce genre de pensées, et surtout, ils ont identifié la molécule et le mécanisme mis en jeu.

Les souvenirs intrusifs, les hallucinations, les soucis et autres ruminations diminuent notre bien-être et sont caractéristiques de divers troubles mentaux : la schizophrénie, la dépression, l’anxiété ou encore le syndrome de stress post-traumatique. Pour bloquer ces processus mentaux indésirables, le cortex préfrontal latéral, à l’avant du cerveau, joue un rôle majeur : il contrôle et inhibe l’activité de nos souvenirs quand c’est nécessaire, tout comme il est capable de bloquer nos actes ou réflexes moteurs. Mais on sait que dans les pathologies évoquées ci-dessus, les patients ayant des pensées obsessionnelles présentent souvent une hyperactivité de l’hippocampe, le centre cérébral de la mémoire. Or ce dernier est rarement examiné quand il s’agit de comprendre le contrôle inhibiteur qu’exerce le cortex préfrontal sur les autres régions cérébrales. C’est donc ce qu’ont fait Anderson et ses collègues, en supposant qu’un manque d’inhibition de l’hippocampe provoquerait un excès de pensées indésirables.

Quelle est la molécule cérébrale inhibitrice par excellence, qui diminue l’activité des autres neurones ? Le GABA, un neurotransmetteur libéré par des interneurones, présents dans presque toutes les régions cérébrales. Quel est le lien entre le cortex préfrontal, l’hippocampe et la concentration de GABA ? Pour le déterminer, les chercheurs ont demandé à 24 Anglais âgés de 19 à 36 ans, en bonne santé mentale et physique, de réaliser une tâche de type Think – No Think : ils apprenaient d’abord des paires de mots n’ayant aucun lien (épreuve / gardon, mousse / nord, etc.), puis, quand on leur présentait un des deux mots, ils devaient se rappeler le mot associé si le voyant situé devant eux était vert, ou s’empêcher de répondre si le voyant était rouge. Leur activité cérébrale était mesurée en imagerie par résonance magnétique fonctionnelle pendant cet exercice, ainsi que leur taux de GABA en spectroscopie par résonance magnétique.

Résultat : les participants arrivaient à inhiber le souvenir du mot associé quand on le leur demandait. Et cette inhibition était d’autant plus efficace que les concentrations de GABA dans l’hippocampe étaient élevées, celui-ci étant alors moins actif. En parallèle, l’activité du cortex préfrontal était plus importante lors du contrôle des pensées, mais la concentration de GABA dans cette région n’avaient rien à voir avec le fait de réussir la tâche. En outre, les chercheurs demandaient aussi aux sujets de contrôler une action : dans ce cas, l’activité de l’hippocampe et le taux de GABA dans cette zone n’étaient pas liés au contrôle inhibiteur moteur, alors que le cortex préfrontal était bien mis en jeu. Preuve que cette voie aujourd’hui mise en évidence entre le cortex préfrontal et l’hippocampe est bien spécifique du contrôle des pensées conscientes.

Ainsi, il existe un contrôle inhibiteur entre le cortex préfrontal et l’hippocampe : le premier stimule le réseau d’interneurones inhibiteurs GABAergiques du second, ce qui diminue le rappel de pensées conscientes. Moins de GABA dans l’hippocampe, c’est moins d’inhibition, et donc davantage de mauvais souvenirs, de ruminations, d’idées intrusives. Peut-être sera-t-il un jour possible d’augmenter les taux de GABA dans l’hippocampe pour contrôler les souvenirs indésirables, notamment chez les patients souffrant de maladies mentales ? Les anxiolytiques, comme les benzodiazépines, le font déjà en quelque sorte, en améliorant l’efficacité du GABA, et donc en diminuant l’hyperexcitabilité cérébrale, mais pas de façon ciblée dans l’hippocampe.

Pour lire l’article, cliquez sur le logo de Pour la science.fr