Sortis des griffes des terroristes, d’anciens otages racontent leur vie d’après


Sortis des griffes des terroristes, d’anciens otages racontent leur vie d’après
Par Caroline Piquet
17/04/2018
TÉMOIGNAGES – Ils se sont retrouvés enfermés, contraints de ne pas bouger, parfois obligés d’obéir aux ordres de fanatiques. Comme Julie, cette caissière sauvée par le gendarme Beltrame, ils ont eu le temps de voir la mort en face et sont aujourd’hui en vie. Quatre anciens otages témoignent de leur longue reconstruction.

Depuis le 23 mars, jour où elle a été sauvée par le gendarme Beltrame, Julie V. vit bouleversée et recluse chez elle. « Je lui souhaite bon courage car je la comprends très bien », réagit Rachid Drabli, ancien otage de l’Airbus Alger-Paris en 1994. « Elle est terrorisée et choquée mais elle ne doit pas rester enfermée, conseille-t-il. Elle doit se faire aider et parler à ses proches. » À Dammartin-en-Goële, Michel Catalano, ex-otage des frères Kouachi, « pense beaucoup à elle » car « trois ans après, c’est encore difficile ». Comment vivre quand on a frôlé la mort aux mains de terroristes ? Comment se reconstruire ? Un événement traumatisant comme une prise d’otage laisse des traces et s’attaque à toutes les habitudes de vie. Quatre rescapés ont accepté de nous raconter les jours, les mois et les années d’après.

Sidération

Certains, comme Julie, ont d’abord eu besoin de s’enfermer. Rachid Drabli, ex-otage de Marignane, est resté plusieurs jours chez lui. « Ma famille et mes amis sont venus me voir. Pendant une semaine, j’ai répété la même chose et puis j’ai fini par aller voir un médecin ». Pour le Dr Nathalie Prieto, psychiatre et référente nationale des cellules d’urgence médico-psychologique (CUMP), ce genre de réactions est classique. « L’évitement est généré par la peur de sortir et s’associe souvent à un mouvement de tristesse. On s’enferme parce qu’on a l’impression que ça va recommencer », analyse-t-elle.
D’autres, au contraire, ont cherché à extérioriser. Bruno Poncet, 45 ans, otage pendant une heure et demie au Bataclan, a très vite parlé. Le matin du 14 novembre, une fois libéré, « j’étais surexcité, je n’arrivais pas à dormir », se souvient-il. « Arrivé chez moi, j’ai tout raconté à ma femme, mais avec beaucoup de distance, comme si je sortais d’une séance de cinéma ». Les jours …

Pour lire l’article, cliquer sur le logo du figaro Premium

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire