À la mémoire de notre fille Fanny qui n’est pas sortie vivante du Bataclan, appel aux sans-voix, aux indécis et aux apeurés

Logo Huffington post
À la mémoire de notre fille Fanny qui n’est pas sortie vivante du Bataclan, appel aux sans-voix, aux indécis et aux apeurés
11 décembre 2015

Politique

–Dimanche dernier, ma tristesse a encore augmenté avec en plus une migraine détestable qui m’a vrillé le crâne.
Les cercles fermés du front :
– excluant ceux qui ne voulaient pas penser comme eux
– montant les uns contre les autres pour qu’ils se détruisent
semblent avoir gagné.
Alors, j’appelle :
– ceux qui ne sont pas encore morts,
– ceux qui veulent rester vivants
à ceindre leurs fronts d’un tissu blanc et d’aller voter avec leur âme et leur conscience.

Pour moi, le blanc c’est « la couleur de la trêve » et pendant la trêve, il peut se passer de belles choses. Ce n’est pas rien. Depuis ce 13 novembre, on m’a dit plusieurs fois que, pendant quelques temps, j’avais tous les droits, alors s’il vous plait, je vous demande de diffuser, de placarder, de lire cette lettre le plus largement possible.
Merci.

Merci aussi pour tous vos témoignages de soutien, vos condoléances… qui m’ont rappelé que le plus important c’est de partager les joies et les peines pour qu’elles soient plus douces. C’est un des rares cas où l’abstention peut être remplacée par un regard, une poignée de main.

Pour lire l’article, cliquez sur le logo du Huffington Post

Après les attentats – Mohamed Abdeslam : « Je me réveille la nuit pour voir si Salah est dans son lit »

Logo L'Express.fr
Après les attentats – Mohamed Abdeslam : « Je me réveille la nuit pour voir si Salah est dans son lit »
Propos recueillis par , publié le

Quatre semaines après les attentats de Paris, le frère de deux membres du groupe terroriste a accepté de répondre aux questions de L’Express. Il décrit ses longues journées à attendre un signe de vie de Salah, toujours en fuite, et évoque l’avenir.

Depuis les attentats de Paris, l’appartement molenbeekois des Abdeslam ne compte plus qu’un seul homme : Mohamed. Il est le frère cadet de Brahim, le kamikaze qui s’est fait exploser au comptoir Voltaire après avoir mitraillé plusieurs terrasses et de Salah, activement recherché et suspecté d’avoir joué au moins un rôle logistique dans la tuerie. Mohamed vit désormais avec sa sœur et sa mère, l’aîné de la fratrie et le père ayant leurs propres domiciles.

Quatre semaines jour pour jour après les attaques, le jeune homme de 29 ans se dit « toujours très mal », « vidé ». Il raconte son quotidien de « frère de terroristes ».

Dans quel état d’esprit êtes-vous, un mois après les attentats ?

Mohamed Abdeslam : Il y a un peu moins de pression. On commence doucement à respirer. Je ressens toujours de la tristesse parce que j’aime mes frères, mais aussi de la colère à cause de ce qu’ils ont fait et parce que Salah n’a pas écouté mes appels à se rendre.
Je suis toujours en arrêt maladie et dois voir prochainement mon médecin pour une éventuelle prolongation. Un journal belge a affirmé, sans m’interroger, que j’étais en dépression. Ce n’est pas vrai. Je suis toujours vidé, toujours très mal mais je dois garder la tête haute pour que ma famille et moi puissions commencer à nous reconstruire. Nous n’avons pas voulu ce qu’il s’est passé et devons continuer à vivre.

A quoi ressemblent vos journées ?

Elles sont très longues. Je sors peu. De temps en temps, j’essaye de voir des connaissances pour savoir si elles n’ont pas eu des nouvelles de Salah. Je vais aussi beaucoup sur les réseaux sociaux pour scruter les rumeurs, regarder s’il ne m’a pas laissé un message. Toute la journée, j’attends un signe. Parfois, j’ai l’impression d’être en prison.
A la maison, il est difficile d’avoir d’autres sujets de conversation. J’ai aussi beaucoup de mal à dormir. Il m’arrive même de rêver de mes frères. Je me réveille parfois et je vérifie si Salah est dans son lit [Ils partagent la même chambre, NDLR]. Quand je vois qu’il n’est pas là, c’est dur.

Selon vous, Salah est-il parvenu à regagner la Syrie ?

Beaucoup de gens le pensent. Moi, je me pose encore la question. Il faut quand même avoir une sacrée logistique et beaucoup de chance pour réussir à quitter l’Europe ! Je préfère penser qu’il est encore en Belgique. Mais je pourrais dire tout autre chose dans quelques jours.
Quatre semaines, cela commence à faire long et mon frère n’avait pas de ressources pour organiser sa cavale. Et s’il était mort ? L’hypothèse m’a traversé l’esprit. Nous n’avons jamais eu la preuve qu’il était encore vivant. A-t-il été exécuté ? Qui sait ?

Avec le recul, il n’y a rien qui vous a marqué dans le comportement de vos frères ?

On n’a rien vu, contrairement à ce que beaucoup de gens croient. Ni moi, ni ma famille, ni leurs amis, qui les côtoyaient jour et nuit.

Même pas des choses qui ont pu vous paraître anodines à l’époque et qui résonnent aujourd’hui ?

Les derniers jours, Brahim, plutôt impulsif et nerveux, était devenu plus sage et réfléchi. D’habitude, quand quelque chose ne lui plaisait pas, il n’hésitait pas à le dire. Là, c’était un peu comme s’il ne voulait plus se fâcher. Concernant Salah, vous allez trouver ça bête mais ce n’est pas quelqu’un du genre à ranger sa chambre. Il est très propre mais un peu fainéant. Une semaine avant les attentats, je l’ai croisé à 6 heures du matin, quand je partais au travail, en train d’astiquer le salon. Il faisait le ménage à fond et m’a dit : « Maman est fatiguée en ce moment, il faut l’aider. » Ce n’était pas dans ses habitudes.

Le regard des gens a-t-il changé dans la rue ?

Je suis le frère d’un terroriste mais pas un terroriste. Je ne compte pas quitter Molenbeek. Les regards ne sont pas inquiets quand je sors, mais certaines personnes m’ont tourné le dos : des amis, des collègues… Je reçois parfois des réflexions méchantes du style : « Un frère, ça va marcher forcément sur les pas de ses frères. » Ceux qui disent ça sont des idiots. Il y aussi des gens qui viennent me parler de théories du complot, m’expliquant que les États-Unis ou la France sont derrière tout ça, mais je ne suis pas influençable. Cela ne m’intéresse pas.

Pour lire l’article, cliquez sur le logo de l’Express