Livre – Le lambeau de Philippe Lançon – Dissociation post-traumatique

Page 83
A terre, j’ai de nouveau ouvert mon premier œil sur quelques mètres carrés et sur ce monde sans limites. Les décombres n’étaient faits ni de poussière, ni de cendres, ni de verre, ni de plâtre. Ils étaient faits de silence et de sang. Je ne sentais pas le sang, dans lequel je baignais pourtant, je n’avais pas même encore vu le mien, mais j’entendais le silence, je n’entendais même que ça. Il m’enveloppait et prenait mon corps pour le faire léviter à l’aveuglette et sans fin pendant quelques secondes, quelques minutes, une éternité, léger, léger, tandis que l’homme d’avant, celui qui était presque déjà mort et qui restait collé au sol, me disait :  » Mais que s’est-il passé ? Est-il possible qu’il ne me soit rien arrivé ? Je suis vivant, je suis là ? Ou bien non ? » Ou quelque chose comme ça. Le demi-mort a ajouté : « Il n’est peut-être pas parti, celui qui disait « Allah Akbar ». Ne bougeons pas » Tout se réduisait encore à l’apparition d’une paire de jambes noires et à l’attente de son retour.

Pour acquérir le livre, cliquez sur la couv

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire