Peut-on souffrir des tragédies vécues par nos ancêtres ?

Peut-on souffrir des tragédies vécues par nos ancêtres ?
12.07.2017
Les traumatismes vécus par les parents ou les grands-parents laissent-ils une trace à leur descendance ? C’est ce que suggèrent des travaux récents…
Comment le cerveau influence-t-il le comportement ? Les spermatozoïdes peuvent ils être modifiés par l’environnement et transmettre certains caractères acquis à travers les générations ?

Traumatismes en héritage : quels sont les effets de l’environnement et de la culture sur les mécanismes biologiques, en particulier au niveau du cerveau ? Comment ceux-ci peuvent-ils influencer le comportement ? Comment les cellules germinales mâles, c’est-à-dire les cellules de sperme, peuvent-elles être modifiées par l’environnement de façon à transmettre certains caractères acquis à travers les générations ? Chacun de nous est déterminé par nos gènes, on hérite d’un set de gènes paternels et maternels (…), en réalité nous sommes plus que nos gènes, nous sommes une combinaison de gènes qui sont influencés par des facteurs environnementaux, et ils sont nombreux : notre vie, notre comportement, notre physiologie…

Isabelle Mansuy, neurogénéticienne à l’université de Zürich et à l’école polytechnique fédérale de Zürich.

Pour joindre le site, cliquez sur le logo de France Culture

Article – Psychotraumatismes aigus : points de repère par Claire Paillard

Psychotraumatismes aigus : points de repère

par Claire Paillard

Gestalt-thérapeute à Lille, médecin, formatrice à l’Institut ChampG, superviseure didacticienne certifiée par le CIG.
claire.paillard.@.free.fr
Résumé

Le psychotraumatisme aigu constitue une effraction dans le corps et le psychisme de la personne. Il peut se développer aussi bien chez les victimes que chez les témoins. Du fait de la dissociation, l’intégration des composants de l’expérience intérieure n’a pas pu se réaliser, rendant l’assimilation impossible. Ce texte donne quelques points de repère sur ce qu’il est nécessaire de faire et de ne pas faire. Le thérapeute est conforté dans le fait que sa qualité de présence, son accordage relationnel sont des facteurs essentiels pour avancer vers la résolution.

Plan de l’article

Qu’est-ce qu’un psychotraumatisme ?
Que convient-il de faire ou ne pas faire ?

Accueillir la parole, la mise en mots
Traverser l’épreuve collective, éviter l’excès d’information

Comment soutenir ?

Écouter avec toute notre densité de présence
Veiller à ce que la personne “garde un pied dans le présent”
Rétrofléchir nos envies de protéger, déculpabiliser, dédramatiser

A quoi s’attendre ?

Évolution vers le stress post-traumatique

Pour acquérir l’article, cliquez sur la page de couv de la revue