Rugby : Aristide Barraud, blessé lors de l’attaque du 13-Novembre

Rugby : « j’étais fou d’y croire », témoigne Aristide Barraud, blessé lors de l’attaque du 13-Novembre
L’ancien rugbyman, blessé dans les attentats de Paris, revient dans une interview publiée jeudi sur sa tentative échouée de revenir au meilleur niveau.

« Peut-être que je me cachais la vérité, mais j’en avais besoin ».

A l’occasion de la sortie de son livre Mais ne sombre pas jeudi, Aristide Barraud, 28 ans, rugbyman professionnel gravement blessé lors des attentats du 13 novembre 2015, est revenu dans les pages de L’Equipe jeudi sur sa retraite précoce prise en avril dernier.

« J’avais tout le temps mal ».

En avril dernier, deux ans et demi après avoir été gravement blessé alors qu’il était à la terrasse du bar Le Carillon prise pour cible par les terroristes, Aristide Barraud, qui jouait en première division italienne, a annoncé qu’il raccrochait définitivement les crampons. Avant cette décision, l’ancien international chez les jeunes avait eu des signes avant-coureurs en 2016. « Il y a eu des brèches dans mon obstination » à re-devenir joueur de rugby, se souvient-il. Alors qu’il s’entraînait « comme un chien », il avait « tout le temps mal » alors qu’il n’en était qu’à l’entraînement sans contacts. Et en octobre, après avoir repris « une carrure athlétique », une nouvelle opération lui a fait perdre tout « reperdre ». « Dur », se remémore-t-il.

« Des pas dans la folie ».

Le pire est malheureusement à venir pour le joueur qui revient alors sous les couleurs du maillot de Mogliato Veneto. « Mon corps n’a pas suivi et il a commencé à se manifester par des voies bizarres », raconte-t-il à L’Equipe. « Des maladies, des petites fièvres qui se transformaient en grippe, comme j’en avais jamais eu », évoque Aristide Barraud. Et d’ajouter à cela « des problèmes de digestion », une « migraine continue », « des crises d’angoisse bizarres » jusqu’à « faire des pas dans la folie ». « Je sentais que je me mettais en danger. Je ne suis pas suicidaire. Il était temps de dire ‘stop' », confie l’ancien du Stade Français.

Comme « une deuxième enfance ».

Aristide Barraud, qui dit toujours souffrir de terribles maux de tête, ne regrette pas pour autant d’être revenu sur les terrains :

« j’étais fou d’y croire. Mais j’y croyais. Et c’est vraiment ce qui m’a sorti de la merde, ce qui m’a gardé la tête hors de l’eau ».

Et même si avoir un ballon dans les mains lui manque, il a décidé de rester à l’écart du rugby « pendant trois ans », par envie de « voir autre chose » mais aussi parce qu’il n’est « pas soigné ». Philosophe mais aussi optimiste, Aristide Barraud estime qu’il vit désormais « une autre vie » comme s’il « était dans une deuxième enfance », une période qu’il trouve « grisante ».

Pour lire l’article, cliquez sur le logo de Europe 1

Creative forces: net military yearling arts network

Creative forces: net military yearling arts network

Creative Forces: NEA Military Healing Arts Network serves the unique and special needs of military patients and veterans who have been diagnosed with traumatic brain injury (TBI) and psychological health conditions (PTSD), as well as their families and caregivers.

Made possible by a unique collaboration between the National Endowment for the Arts, the Departments of Defense and Veterans Affairs, and state arts agencies, Creative Forces is a network of caring people who believe in the transformative and restorative powers of art.

We are creative arts therapists, musicians, painters, potters, writers, woodworkers, dancers and doctors, military service members and veterans, community leaders and policymakers. Some of us work on military bases. Some of us work at hospitals. Some of us work at community art centers.

All of us have the same mission: To help military personnel and veterans return to their homes, their missions and their families whole, mentally fit and emotionally ready for whatever comes next.

Creative forces network

We are building a national network of care for our injured service members, whether they are active duty or veterans, in medical treatment or transitioning back home to their bases and communities.

The program has three components: Creative Forces places creative arts therapies at the core of patient-centered care in military medical facilities, as well as a telehealth program for patients in rural and remote areas; provides increased community-based arts opportunities for military and veteran family populations around clinical site locations; and invests in capacity-building efforts, including the development of manuals, training, and research on the impacts and benefits of the treatment methods.

Pour lire l’article, cliquez sur le logo de National endorment for the arts