Victimes d’attentats : un programme thérapeutique inédit démarre à Nice

Victimes d’attentats : un programme thérapeutique inédit démarre à Nice
publié le 01/02/2017
Le dispositif « Phoenix », lancé mercredi, permet à six victimes de l’attentat de Nice, le 14 juillet 2016, de se retrouver durant une semaine et d’être encadrées par des psychologues et des art-thérapeutes.
Un projet inédit vient d’être lancer à Nice pour les victimes de l’attentat au camion du 14 juillet 2016, qui a fait 86 victimes sur la Promenade des Anglais. Le dispositif, nommé « Phoenix », permet à six d’entre elles de passer la semaine ensemble, a rapporté France Bleu Azur, mercredi 1er février.
Ce programme a été lancé, mercredi, par l’Association Française des Victimes du Terrorisme en partenariat avec la ville de Nice, le département des Alpes-Maritimes et l’État. Les victimes sont encadrées par des psychologues et des art-thérapeutes.

Les victimes se sentent comprises

Le dispositif a des allures de stage en immersion.

« Rencontrer des personnes qui ont exactement le même comportement que nous, ça rassure, confie Laetitia, une participante. Le monde autour de nous continue de vivre sa vie, pendant que nous, on angoisse. On a peur, on se méfie »

La jeune femme a été frôlée par le camion, le 14 juillet 2016, sur la Promenade des Anglais à Nice. « Là, ça nous apaise d’être ensemble, avec des gens qui nous comprennent, qui ne vont pas nous juger », raconte-t-elle à France Bleu Azur.
« Les personnes se rendent compte qu’elles ne sont pas seules à avoir ces perturbations, qu’elles sont normales, explique Dominique Szepielak, psychologue en charge du groupe. Quand on vit une telle violence, il est normal d’avoir ses repères bouleversés. Ce partage est donc essentiel. »
Le but de l’atelier est d’écarter les cauchemars. Anaïs Semour, art-thérapeute témoigne : « Je leur montre des tableaux, des sculptures. En faisant, cette approche du beau, on peut permettre une belle pensée. »
Le programme sera reconduit par la suite. D’autres sessions sont prévues, pour les adultes, mais aussi pour les jeunes et les enfants.

Pour lire l’article, cliquez sur le logo de franceinfo

La légèreté de Catherine Meurisse

Le trait du dessin de Catherine Meurisse est léger, son humour délicieux. En 2005, encore étudiante aux Beaux-arts, elle parvient à se faire embaucher à Charlie Hebdo. Entourées d’humoristes professionnels, elle a tout loisir, dans la rédaction du journal satirique, de développer son propre style. De travailler entre amis. Pendant dix ans.

Le 7 janvier 2015, elle perd son repaire de journalistes. Elle échappe à l’attentat sur la rédaction du journal satirique par le plus banal des hasards : ce mercredi matin-là, elle a une « panne d’oreiller » et, tout comme son collègue Luz, elle est en retard à la conférence de rédaction.
Comment survivre à une telle tragédie, comment continuer à dessiner, comment ne pas sombrer dans la folie ? C’est ce que décrit cette jeune femme de 36 ans dans un roman graphique intitulé La légèreté, qui sort en Allemagne le 20 décembre, aux éditions Carlsen.
Catherine Meurisse y raconte sa lente convalescence mentale après le massacre. Sa stratégie de survie : ne voir que le beau dans la vie. Démissionnaire de Charlie Hebdo, elle travaille aujourd’hui à son compte.
Biblio
Catherine Meurisse La légèreté
ISBN : 2205075667
ISBN-13: 978-2205075663
Éditeur : Dargaud (2016)
19,99 €
En allemand :
Editions Carlsen, Hambourg (sortie le 20 décembre 2016)
ISBN-10: 3551734240
ISBN-13: 978-3551734242
19,99 €