20 janvier 2018 – François Dingremont – Halle Saint-Pierre

Art et Thérapie/Institut National d’Expression, de Création, d’Art et Thérapie

(Revue, et établissement d’enseignement supérieur de médiation artistique  et d’art-thérapie)

Séminaire mensuel à la Halle Saint-Pierre

2, rue Ronsard, 75018 Paris
Sous la direction de Jean-Pierre Klein
9ème année

Le temps retrouvé de l’art

Le temps est un enfant qui joue aux dés Héraclite (Fragment n°52)
La politique de l’économie de marché s’étend maintenant à la sphère de l’art désormais soumise  à une incitation permanente à consommer et à ne plus penser. Ainsi s’abolit le temps personnel de l’émotion artistique et de la possibilité pour chacun de devenir, d’advenir, soi-même comme créateur.
L’art, la thérapie, l’art-thérapie, la géronto-psychiatrie, la philosophie, les neurosciences, les psychanalyses, les technologies numériques, l’esthétique peuvent-elles offrir des terrains à des reconquêtes ?
Il urge cependant pour tous de parvenir à un champ personnel de symbolisation qui soit propre à chacun et, du coup, toucher ses semblables. Nous avons choisi cette année d’aborder les dimensions temporelles de l’appropriation subjective de la fabrication des images et imageries de nos mystères.
Les intervenants nous feront partager leurs réflexions engagées comme porteuses d’un sauvetage espéré du chaos trop ordonné d’un monde qui court vers son suicide.

Être ou ne pas être ? Être et ne pas être comme le veut le temps

René Char

Chaque 3ème samedi par mois
de janvier à mai 2018
de 14H30 à 16H30
et le 16 juin de 10H30 à 18H

Le 20 janvier 2018

François Dingremont

anthropologue de l’art et spécialiste de la Grèce archaïque :

le Kairos et le temps de l’inventivité

Saisir le kairos, ou quand le temps s’ouvre à l’action et la transformation.
Retour sur l’intelligence du temps de certaines figures mythiques de la Grèce archaïque

Séance suivante : Le 17 février 2018 Yannick Vigouroux, photographe, critique d’art et historien de la photographie : Les pratiques archaïsantes dans la photographie contemporaine : explorer d’autres temporalités ? Smartphones et sténopés numériques


Programme détaillé de l’année : klein.jpkev@gmail.com
entrée 10 €  (5 € pour les élèves INECAT carte d’adhérent de l’année)
communication@hallesaintpierre.org
Tel : 01 42 58 72 89
INECAT/Art et Thérapie, 27, rue Boyer, 75020 Paris, www.inecat.org

14 au 27 mars 2016 – SISM – 27e Semaine d’information sur la santé mentale

Logo-Semaines-d'info-santé-mentale
« SANTÉ MENTALE ET SANTÉ PHYSIQUE : UN LIEN VITAL »

Selon l’OMS
« La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ».
Pourtant, lorsque l’on parle de santé, on oublie souvent la santé mentale, qui, comme la santé physique, est un équilibre entre des facteurs internes et externes propres à chaque personne.
A tous les âges de la vie et pour chacun, prendre soin de sa santé physique et mentale maintient ou améliore son bien-être en renforçant l’estime de soi, le sentiment d’efficacité, la qualité de vie et en développant les liens sociaux.
Prendre soin de soi au quotidien (nutrition, sommeil, activité physique…) permet aussi de réduire les effets du stress.
Santé physique et mentale sont étroitement liées : « Il n’y a pas de santé sans santé mentale ».
De nombreux troubles psychiques sont associés à des troubles somatiques : perte ou prise de poids, maladies cardio-vasculaires, diabète, maladies chroniques… et de nombreuses maladies somatiques peuvent s’accompagner de troubles psychiques : angoisses, dépression, addictions.
De plus, le taux de mortalité des personnes atteintes de troubles psychiques est quatre à six fois supérieur à celui de la population générale.
De même,les problèmes de santé mentale peuvent cacher des problèmes somatiques, et entraîner un retard de diagnostic et de prise en charge, qui peut avoir de graves conséquences sur l’espérance de vie.
Les maladies cardiovasculaires et celles liées au tabac sont les principales causes de décès des personnes atteintes de troubles psychiatriques.
Les questions suivantes seront abordées, lors de manifestations organisées pendant les 27es SISM :
Comment promouvoir la santé mentale et physique à tous les âges de la vie ?
Information et prévention des jeunes : quel rôle pour les enseignants, les éducateurs et les parents ?
Mieux détecter les problèmes de santé physique des personnes vivant avec des troubles psychiques :
Comment aider les patients, les aidants et les professionnels ?
Comment travailler ensemble entre psychiatrie et soins primaires (médecine générale, pédiatrie…) ?
Favoriser une activité physique pour améliorer la santé mentale et bien vieillir :
Quelles actions ?
Quels partenariats ?
Contraintes de temps et d’argent, inégalités sociales, précarité, chômage : des obstacles pour une bonne santé mentale et physique ?
Quelles actions de prévention efficaces à développer par les médecins généralistes, les pédiatres, les services de psychiatrie adulte et infanto-juvénile, les maisons des adolescents, les maisons de retraite ?
Effets indésirables somatiques des médicaments psychotropes : où trouver des informations fiables ?
Comment en parler à son médecin ?
Comment prévenir ?