Art-thérapie à Montréal

Logo France InfoPar Emmanuel Langlois
Dimanche 9 novembre 2014

Partie à 20 ans au Québec sur un coup de tête, la Française Annabelle Petit y monte aujourd’hui des projets artistiques avec des handicapés mentaux.

Rien qu’un petit grain de sable. La jeune femme n’oubliera pas ce soir de février 2004 où elle venait de manquer son bus à l’Université de Bordeaux 3. « En attendant le suivant, je suis tombée, par hasard, sur une annonce pour aller étudier au Québec, se souvient-elle. A part Céline Dion, les caribous et le sirop d’érable, je n’avais aucune idée de ce qui pouvait m’attendre là-bas ! »

« Mon expressivité a explosé »

Plutôt que Montréal, Annabelle Petit, brunette pétillante, s’envole quelques mois plus tard pour Trois-Rivières, certes la troisième ville du Québec, mais rien d’autre qu’une grosse bourgade sur les rives du Saint-Laurent. « J’avais envie d’espace, mais cet endroit m’a d’abord fait peur par sa petitesse et son manque de diversité » confesse la jeune femme, qui y termine pourtant brillamment sa 3e année de licence en arts visuels. « En France, j’en avais assez de la théorie. Ici, mon expressivité a explosé : j’ai soufflé du verre, réalisé des sculptures en latex, tronçonné le bois ou testé la résine et la soudure. J’ai donné des choses de moi. »

Chaque année, un média différent

Son exposition de fin d’études décroche même le prix « Silex », qui l’autorise à rester vivre sur le sol québécois. Des projets artistiques adaptés mais Annabelle commence à étouffer à Trois-Rivières. Deux ans plus tard, elle débarque à Montréal. La Française est aujourd’hui employée par l’association les « Compagnons de Montréal » pour monter avec des handicapés mentaux des projets artistiques. « Chaque année, on choisit un média différent, comme la photo numérique ou la mosaïque. On invite un artiste extérieur à venir travailler avec la communauté. Ensuite, l’expo se balade dans toute la ville. »

« Toujours être là pour les aider »

Annabelle reconnaît qu’elle a toujours été attirée par l’art-thérapie. Et qu’importe si ce public particulier réclame à l’équipe une énergie de tous les instants. « Ce ne sont pas des gens qui se lèvent le matin en se disant : « Génial, je vais monter un projet artistique ! » D’eux-mêmes, ils n’auraient pas les capacités intellectuelles pour ça. Il faut toujours être là pour les aider à avancer, les motiver et monter les vernissages. »  Annabelle vit à Rosemont, l’un des quartiers les plus vivants de Montréal, à un quart d’heure à pied de son travail. Quant au virus de l’expatriation, elle l’a transmis jusqu’à sa famille : peu après son départ pour le Québec, son frère cadet est parti lui s’installer à Barcelone, où il a monté un atelier de microsoudure.

Lui écrire

L’art-thérapie vue par les neurosciences

L’art-thérapie vue par les neurosciences
Rébecca Barbier
Journaliste
6 mai 2014

Au Québec, le titre d’art-thérapeute n’est toujours pas protégé et reconnu. Cependant, les avancées récentes des neurosciences pourraient radicalement changer la donne.

Ils ont souvent un usage limité de la langue parlée en raison de leur âge, de leur ethnie, de leur diversité culturelle, d’incapacité physique ou mentale (autisme, Alzheimer…), ou lorsqu’ils doivent faire face à des émotions intenses, (abus sexuels, stress post-traumatique, cancer….). Tel est le genre de patients souvent pris en charge par un art-thérapeute.

L’art-thérapie en question

L’art-thérapie consiste à évaluer, aux moyens de différentes formes artistiques (arts visuels, musique, théâtre, etc.), le fonctionnement psychologique, et à effectuer des plans d’intervention et de traitements. L’objectif étant de rétablir la santé mentale mais aussi la créativité.
Cette discipline existe officiellement depuis les années 1930 même si elle n’est pas très répandue en Europe. Dans la majorité des pays anglo-saxons, l’art-thérapie est une profession régulée par l’État. À Montréal, elle a été intégrée et développée par Marie Revai dans les années 1960. Toutefois, au Québec, le titre d’art-thérapeute n’est toujours pas protégé et reconnu.

Cependant, les avancées récentes des neurosciences pourraient radicalement changer la donne. Car la mise en évidence des processus implicite et explicite du cerveau apporte des arguments aux arts-thérapeutes, et notamment à Johanne Hamel, professeure en art-thérapie spécialisée en arts visuels à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, pour expliquer scientifiquement ce qu’ils ont pratiqué intuitivement.

L’implicite et explicite

Les chercheurs ont longtemps divisé le cerveau en deux structures distinctes : les hémisphères gauche et droit. À chacune de ces parties, des tâches spécifiques étaient attribuées : la logique, la parole, l’intellect, l’analytique et l’écriture pour le cerveau gauche. Et pour le droit, l’artistique, le spirituel, l’émotif, l’intuitif et le symbolique.

Aujourd’hui, on conçoit davantage le cerveau en termes de systèmes interconnectés. Dans l’exécution d’une tâche particulière, les deux hémisphères sont sollicités à des degrés divers. Le gauche correspond à un mode dit explicite, auquel on associe le rationnel, le conscient, le verbal. Le mode de l’hémisphère droit est implicite, et se réfère à l’expérientiel, l’inconscient, le non verbal.

En voie de reconnaissance…

Les recherches actuelles en neurosciences démontrent que les souvenirs traumatisants restent bloqués dans les régions inconscientes du cerveau : dans certain cas de trouble dissociatif comme l’état de stress post-traumatique, le verbal ne suffit pas à traiter l’intégralité des symptômes et le recours au mode implicite devient une nécessité.
Selon l’expérience de Johanne Hamel, la stimulation simultanée des aires somatosensorielles et/ou visuelles et des aires motrices, trace un chemin vers les mémoires implicites, c’est-à-dire vers l’inconscient, en le réveillant. Or, les chemins neurologiques empruntés en art-thérapie, lors de la réalisation d’une image, sont les aires visuelles, kinesthésiques et motrices.
De fait, les art-thérapeutes ont un accès privilégié à ce mode : ce qui ne peut-être dit peut être explicité de façon non-verbale au travers du dessin ou de la peinture. Par exemple, une expérience réalisée dans les années 1990 confirme l’hypothèse selon laquelle dessiner les cauchemars ne retraumatise pas le patient, à l’inverse du langage écrit.

Pour lire l’article, cliquez sur le logo de association francophone pour le savoir