Séminaire INECAT – 18 mai 2013 – L’avenir est-il oblique ? Pour l’avènement de la métaphore

Logo Halles Saint Pierre

Après trois années consacrées aux questions
« Pouvons-nous redevenir artistes de nos vies ? »,
« L’énigme de la création est-elle ineffable ? »,
« Art-thérapie et changement de paradigme »,
nous  abordons le repérage d’une construction déjà en œuvre de notre futur à partir de conceptualisations référentielles existantes (en philosophie, en psychanalyse, en théories de l’art). La revue Art et Thérapie s’est mise dès 1981 sous le signe du « et comme 3 ». Dans un monde obsédé de binaire, nous prônons le détour, la métaphore, l’image, la représentation, la poésie, la symbolisation,… Nous sommes passés du constat de « l’assassinat du symbolique » au passage de l’inconnu à soi que l’on est vers l’inconnu de soi que l’on crée. « La métaphore n’est pas l’énigme, mais la solution de l’énigme » Paul Ricoeur. Serait-elle la clé du monde qui advient ? « Les images qui guérissent ne sont pas celles qui disent notre souffrance mais celles qui nous amènent ailleurs » Bachelard

18/ 05

Dominique Bertrand

musicien voyageur et écrivain, mythologue,

La diagonale du fou,  philosophie, musique, mathématique

Incommensurable à lui-même, l’homme est irréductible à ses propres représentations, et son désir ne tient que de ce qui lui échappe. Historiquement, la philosophie – comme les mathématiques et toute forme de savoir – se fonde à cet endroit en l’occultant. La diagonale du fou le désigne : c’est l’art.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire