Santé mentale : mon fils est différent, ça fait du bien de partager notre souffrance

Logo-Le-nouvel-obs-le-plusPublié le 13-10-2013 à 17h31
LE PLUS. Il y a deux ans, Princess Erika brisait le silence en parlant de son fils atteint de troubles psychiatriques. À l’occasion de la journée mondiale de la santé mentale qui avait lieu jeudi 10 octobre, la chanteuse et comédienne revient sur son rôle de mère et sur cette maladie qui ne l’a quitte jamais. Témoignage.
Édité par Louise Auvitu  Auteur parrainé par Rozenn Le Carboulec

Il y a quelques jours, un connard aviné, pour défendre sa belle-sœur que j’avais viré, a laissé sur mon répondeur pas moins d’une vingtaine de messages d’insultes grossières. Mais dans le tas, il a traité mon fils d’handicapé, de taré, de malade de fou et j’en passe.

Il hurlait que c’était de ma faute si mon fils en était là, que je m’en étais mal occupé et que c’était bien fait pour ma gueule. J’ajoute qu’il n’a jamais rencontré mon fils. M’en fous des insultes me concernant, mais il ne faut jamais toucher à mes enfants.

C’est vrai que je m’étais beaucoup confiée à sa « belle-sœur » pendant notre collaboration sur ma difficulté d’avoir un fils atteint de troubles psychiatriques. Je m’étais confiée à elle sur notre isolement face à la maladie, l’incompréhension de la plupart, le côté pathogène de la famille, ma colère et mon sentiment d’abandon. Alors qu’elle s’en serve contre moi via son beauf m’a terrassée au début.

Pour lire la suite de l’article, cliquez sur le logo du Nouvel obs

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire