Parler de santé mentale


jeudi 11 février 2016

Février étant le mois de la prévention du suicide, il est nécessaire de faire place à la santé mentale. Pourquoi n’en parlons-nous pas le reste de l’année ? Aborder ce thème demeure tabou pour certains.

Pourtant, il touche la majorité d’entre nous de près ou de loin. Selon l’institut de recherches en santé du Canada (2014), un Canadien sur cinq sera aux prises de maladies mentales au cours de sa vie. Parlons-en pour amoindrir le fardeau de ceux qui vivent ces difficultés.

…/…

Toutefois, nous avons notre part de responsabilité et devons prendre conscience de l’importance qu’a la santé mentale sur nos vies.
Un point clé est de ne pas négliger notre équilibre de vie. Ceci peut être un concept qui nous pose quelques difficultés, surtout lorsque notre socialisation, nos normes et nos valeurs n’accordent pas une place d’importance à la santé mentale. La majorité d’entre nous vivent un rythme de vie accéléré et sentons beaucoup de pression au quotidien. Cependant, il est important de se recentrer régulièrement sur nous-même pour maintenir un bon équilibre de vie.
Une façon de faire ceci est de porter attention à comment on partage notre énergie entre nos responsabilités familiales, sociales, professionnelles et notre bien-être. C’est malheureusement souvent notre bien-être qui est délaissé. Finalement, nous sommes tous différents, chacun ayant son propre équilibre. Nous avons tous des capacités différentes et il faut les respecter sans vouloir copier le modèle de vie des autres ou celui véhiculé par les médias. Enfin, pour reprendre le proverbe : « Un esprit sain dans un corps sain ».

Mélodie Vienneau
Dalhousie-Junction

Pour lire l’article, cliquez sur le logo

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire