France Culture – Où mène la route des migrants ?

Où mène la route des migrants ?
02/10/2017
Depuis 2014 et le début des vagues migratoires déclenchées par les guerres du Moyen-Orient, les médias occidentaux racontent et montrent les migrants, mais ces derniers ne nous ont pas encore tout dit. Raphaël Krafft et Delphine Coulin font entendre la parole de ces réfugiés.

Depuis 2014 et le début des vagues migratoires déclenchées par les guerres du Moyen-Orient, les médias occidentaux font leur travail pour nous informer sur la réalité et le drame des réfugiés. De la photo du corps du « petit Aylan » aux clichés montrant ces milliers d’exilés traversant l’Europe de l’Est à pieds, les images iconiques ne manquent pas pour illustrer cet exode dont l’ampleur, inédite depuis 1945, perturbe la capacité à rendre compte. Cependant, si tout a été raconté et montré sur les migrants, eux ne nous ont pas encore tout dit.

C’est cette parole manquante, celle de ces réfugiés qui peuplent les écrans de nos télévisions et les trottoirs de nos rues, que France Culture vous propose d’écouter tout au long de la semaine avec 4 épisodes exceptionnels de La Série Documentaire (LSD).

Pour faire entendre ces voix, le journaliste Raphael Krafft s’est embarqué à bord de l’Aquarius, un navire associatif qui se porte au secours des embarcations de migrants en détresse au milieu de la Méditerranée, et a continué son travail à Paris et au Pays Basque, ou se poursuit désormais l’odyssée de ces nouveaux damnés de la mer.

Il est aujourd’hui, accompagné de la romancière Delphine Coulin, l’invité des Matins de France Culture.

Pour joindre le site de France Culture, cliquez sur le logo

Art-Thérapie à la maison du jeune réfugié – France Terre d’Asile – avril 2012

LA MAISON DU JEUNE RÉFUGIÉ (MJR), GÉRÉE PAR FRANCE TERRE D’ASILE ET LE DÉPARTEMENT DU PAS-DE-CALAIS, A OUVERT EN SEPTEMBRE 2012, RUE DES BLEUETS, À SAINT-OMER.
Suite à un atelier en art thérapie, la Maison du jeune réfugié a organisé une exposition le 10 avril 2012. A cette occasion, les jeunes pris en charge par France terre d’asile à la MJR ont pu exposer leurs œuvres, parmi lesquelles des dessins, des sculptures et des collages.


La séance d’art-thérapie a été organisée à l’initiative d’une jeune stagiaire art-thérapeute de la MJR. Cette méthode utilise le potentiel d’expression artistique des jeunes  à des fins psychothérapeutiques ou pour leur développement personnel.  A l’issue de cinq semaines de travail, la professeure est devenue comme une amie pour ces jeunes. « Les œuvres ont été faites en un temps assez court, en une ou deux semaines », – dit-elle.  « Il y en avait tant que la MJR  a décidé de les exposer ».
Pour ces jeunes, qui ne parlent pas parfaitement français et pour qui il est parfois difficile de s’exprimer à l’oral, la séance d’art-thérapie a été un bon moyen de le faire par la création de dessins, de sculptures en terre et de collages. Parmi les mineurs il y a des Bangladais, des Indiens, des Afghans, quelques Népalais. Entre eux, ils parlent surtout leur langue maternelle, mais, selon une des professeures de la MJR, le français devient, petit à petit, leur langue commune de communication.

Pour lire l’article, cliquez sur le logo de France Terre d’Asile