Comment les enfants traumatisés voient le monde, d’après leurs dessins

Drawings made by former child soldiers in Uganda.
Comment les enfants traumatisés voient le monde, d’après leurs dessins

Le stress toxique durant l’enfance peut durer toute une vie, mais il n’est pas nécessaire qu’il le soit.
Un article publié dans le TIME

at naina.bajekal@time.com.
November 14, 2018
En mai, le ministre américain de la justice Jeff Sessions a annoncé le début de la politique de « tolérance zéro » de l’administration Trump visant à séparer les familles de migrants à la frontière mexicaine. « Si vous introduisez clandestinement un enfant » dans le pays, dit-il, « nous vous poursuivrons, et cet enfant sera séparé de vous comme la loi l’exige. » En seulement six semaines, plus de 2 600 enfants ont été enlevés à leurs parents ou à d’autres adultes. Bien qu’un juge fédéral ait ordonné au gouvernement de réunir tous les enfants avec leur famille d’ici le 26 juillet, des centaines d’entre eux sont probablement encore détenus par les États-Unis. Et le traumatisme psychologique infligé est susceptible de causer des dommages à vie à ces enfants, disent les experts.
Il est particulièrement difficile de savoir comment les enfants eux-mêmes réagissent à un traumatisme, parce qu’ils ne sont pas toujours capables de communiquer ce qu’ils ressentent. Depuis des décennies, l’International Rescue Committee (IRC) travaille avec des dizaines de milliers d’enfants dans des pays en difficulté, souvent déchirés par la guerre, qui souffrent de ce qu’on appelle le stress toxique – un cycle incessant de traumatismes, de violence et d’instabilité, associé à un manque de soins adéquats à la maison. Dans certains cas, l’IRC a utilisé le dessin pour aider les enfants à s’ouvrir ou pour traiter leur traumatisme. Les dessins de projets de l’IRC au Cambodge pendant le génocide, en Sierra Leone et en Ouganda au début des années 2000 et en Jordanie l’année dernière, montrent ce que c’est que de supporter le déplacement, la violence et la séparation, à travers les yeux des enfants eux-mêmes.
« Au fil des décennies, les enfants expriment le traumatisme de la violence de manière très similaire « , déclare Sarah Smith, directrice principale de l’éducation à l’IRC. Elle dit que de tels dessins montrent à quel point il est urgent d’intervenir et de fournir un soutien psychologique et social.


Le stress se divise en trois catégories. Le stress positif est peut-être mieux compris comme un défi personnel auquel vous pouvez faire face ; c’est un élément essentiel du développement sain, comme un enfant qui passe sa première journée avec une autre personne. Il peut aussi être utile, comme l’adrénaline qui vous fait réfléchir plus vite avant de faire un discours. Le stress tolérable est une situation plus difficile – comme la perte d’un être cher ou une blessure grave – qui est atténuée par une relation de soutien et qui peut encore se révéler bénéfique. Mais le stress toxique est insidieux, associé au fait que ces relations tampons n’existent pas. Pour un enfant, cela peut aller de la violence chronique à la maison à des difficultés économiques pénibles – le tout sans la protection d’un adulte aimant.
Mais le stress toxique n’est pas une forme de dysfonctionnement ou de dommage incurable. « Il s’agit d’une réponse biologique saine à un ensemble de circonstances malsaines », dit M. Smith.
Cette réponse saine est ce que votre corps fait lorsqu’il se prépare à affronter ou à fuir une menace. Le cerveau communique avec le corps par l’intermédiaire du système nerveux pour déclencher cette réaction de combat ou de fuite : votre fréquence cardiaque et votre tension artérielle augmentent brièvement, et vous commencez à sécréter des hormones de stress comme le cortisol.
« Lorsque le stress dure longtemps, ces changements rongent graduellement le corps », explique Charles Nelson, professeur de pédiatrie à la Harvard Medical School et au Boston Children’s Hospital. Le stress ferme essentiellement le corps pour qu’il puisse survivre, en revenant à ses besoins les plus élémentaires et en reléguant des fonctions qu’il perçoit comme n’étant pas destinées à une survie immédiate. Cela va du fonctionnement exécutif – le calcul et la planification plus complexes – à la capacité d’empathie. Lorsqu’un enfant vit une longue période de stress toxique, l’organisme ne s’efforce pas de développer ces fonctions supérieures. Il leur est également plus difficile de réguler leurs émotions.
Le stress toxique peut avoir des répercussions à long terme sur la croissance physique de l’enfant, le ralentissant de prendre de la taille et du poids et transformant son architecture cérébrale. Selon des études, les enfants séparés de leurs parents tôt dans la vie et élevés sans l’aide d’une personne aimante et constante ont un impact profond sur les capacités cognitives, les fonctions sociales, la santé mentale et le développement du cerveau. Les expériences négatives vécues pendant l’enfance augmentent les risques de problèmes de santé comme les maladies cardiaques, le diabète et l’abus d’alcool et d’autres drogues.


« Il y a aussi une propension accrue à s’impliquer dans des activités criminelles, à la fois comme victime et comme agresseur », explique Meghan Lopez, professeure auxiliaire à l’Université John Hopkins et chef de mission au Salvador pour l’IRC. « Quand vous regardez les profils à long terme des enfants qui grandissent avec un stress toxique et qui deviennent adultes, cela ressemble un peu aux membres de gangs que nous avons au Salvador. »
Mais il est tout à fait possible de briser ces schémas, surtout avec l’aide d’une communauté solidaire. « Nous devons travailler avec les adolescents et les aider à construire des paradigmes alternatifs », dit-elle. « Mais il est peut-être encore plus impératif de travailler avec les enfants dès leur plus jeune âge et de travailler avec leurs parents pour apprendre de nouveaux modèles d’éducation. »
Traduit avec www.DeepL.com/Translator

Pour lire l’article en anglais et sa suite, cliquez sur l’image

L’art-thérapie pour aider un enfant colombien de 6 ans à surmonter ses cauchemars

Maria* et son fils Miguel* jouent ensemble au centre de résilience RIVO à Montréal.
© HCR/Giovanni Capriotti

L’art-thérapie pour aider un enfant colombien de 6 ans à surmonter ses cauchemars

10 octobre 2016
Par Gisèle Nyembwe à Montréal, au Canada
Le conflit en Colombie a causé la mort de la grand-mère de Miguel* et a poussé sa famille à fuir en exil. Miguel suit désormais une thérapie à Montréal pour l’aider à vaincre sa peur et son anxiété.
MONTREAL, Canada – Un épouvantail hante les cauchemars récurrents de Miguel*, six ans, qui est né et a passé ses premières années dans une région ravagée par le conflit, en Colombie.
Il a été réinstallé au Canada avec sa famille. Aujourd’hui, il fabrique une cage en pâte à modeler lors d’une séance d’art-thérapie. Avec des clous en Play-Doh délicatement placés sur la cage, il y contient le « méchant », comme l’explique sa thérapeute.
« Les points visibles sur la structure en Play-Doh symbolisent les clous afin que le méchant ne s’échappe pas et reste à l’intérieur », explique Julia* qui dirige les séances hebdomadaires d’une heure.
La grand-mère de Miguel a été tuée par des combattants rebelles durant la guerre civile en Colombie ayant duré 52 années. Ce conflit a déraciné sept millions de personnes dans le pays. Par ailleurs, des centaines de milliers d’autres, comme Miguel et sa mère et ses deux frères, ont fui en exil.

« Les problèmes de santé mentale peuvent être un concept abstrait pour les personnes qui ne sont pas en contact direct avec les réfugiés. »

Cette histoire imaginaire se déroule en lieu sûr dans une pièce claire et calme au sein d’une organisation à but non lucratif à Montréal. Le scénario a été créé par le garçon pour vaincre sa peur et son anxiété qui l’ont déjà suivi tout au long de sa courte vie. Dans cette activité, son thérapeute explique que c’est lui qui détient le pouvoir et qui assure que le méchant ne sera pas le plus fort.
On compte un nombre sans précédent de 65,3 millions de personnes déracinées à travers le monde par la violence et la persécution. Bien qu’il n’y ait pas de statistiques officielles concernant le nombre de personnes affectées par un traumatisme psychologique, on sait que les réfugiés et les demandeurs d’asile au Canada et dans le monde ont subi des événements traumatisants, incluant la guerre, la torture, la violence, la persécution ciblée, le travail forcé et la séparation familiale.
Selon les recherches, ces événements traumatisants peuvent pousser les réfugiés à développer des problèmes de santé mentale comme la dépression et l’anxiété, les troubles du comportement et des maladies causées par le traumatisme, y compris le syndrome de stress post-traumatique. Certains, comme Miguel, reçoivent un soutien psychologique.
Les symptômes psychologiques de l’enfant ont commencé à se manifester quand il avait deux ans, explique sa mère, Maria*. A l’époque, elle et ses trois fils vivaient à Nariño dans le sud-est de la Colombie, une zone affectée par le conflit – qui est actuellement suspendu par un cessez-le-feu alors que les rebelles et le gouvernement cherchent un accord de paix.
Quand Maria était enceinte de Miguel, sa propre mère a été tuée par des rebelles, ce qui lui a causé une très grande charge émotionnelle. La violence des rebelles a forcé la famille à fuir vers l’Équateur voisin, peu avant que Miguel ait trois ans, ce qui s’est encore ajouté à sa détresse.

« Son comportement est devenu imprévisible au fur et à mesure qu’il grandissait. Je savais que nous devions faire quelque chose. Il s’auto-mutilait et il avait des explosions violentes de colère sans raison apparente », se souvient Maria. « Il avait peur et il était tout le temps inquiet. Il ne pouvait pas être entouré d’autres personnes, ni jouer avec d’autres enfants de son âge. »

Maria a décidé de demander de l’aide à Quito, la capitale équatorienne, mais le soutien psycho-social était en pénurie. Lorsque la famille a été réinstallée au Canada en 2014, un diagnostic de troubles psychosomatiques liés à des traumatismes a été rendu et Miguel a pu obtenir l’aide dont il avait besoin pendant les visites à RIVO, une organisation à but non lucratif basée à Montréal, qui fournit l’aide d’experts à des réfugiés qui subissent les conséquences de la violence.
A RIVO, Miguel peut dessiner, faire de l’artisanat, jouer avec de la pâte à modeler et bénéficier d’un soutien avec son thérapeute qui l’aide à surmonter ses craintes.
« Les problèmes de santé mentale peuvent être un concept abstrait pour les personnes qui ne sont pas en contact direct avec les réfugiés souffrant de problèmes psychologiques », explique Véronique Harvey, porte-parole de RIVO et elle-même thérapeute.

« Il est important d’accroître la sensibilisation aux blessures émotionnelles de manière à les rendre visibles aux yeux du grand public et des gouvernements. »

« Voilà pourquoi il est si important d’accroître la sensibilisation aux blessures émotionnelles de manière à les rendre visibles aux yeux du grand public et des gouvernements. Parfois on ne comprend pas ce qu’ont vécu des personnes souffrant d’une maladie mentale, mais nous avons besoin de les écouter, de les soutenir et de les aider à reconstruire leur identité et leur estime de soi », ajoute-t-elle.
Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, tient en compte les problèmes de santé mentale et intègre le soutien psychologique dans le cadre de son mandat en matière de protection. Il vise à intégrer une aide psychologique de base dans ses programmes. Idéalement, un soutien psychologique pour les enfants comme Manuel devrait déjà commencer dans les pays de premier refuge.
La thérapie qu’il reçoit à Montréal vise à ce que Miguel puisse a la fois faire face à ses sentiments angoissants et mieux les surmonter. En plus de mieux gérer sa peur grâce au travail avec la pâte à modeler, le dessin lui permet de gérer ses sentiments d’isolement et de colère ainsi que de faire le lien entre son comportement et ses interactions avec les autres.
Dans un premier temps, Miguel était réticent à participer aux séances de thérapie, qui durent désormais depuis neuf mois. En tant que premier résultat de ce soutien psychologique, il craint que l’activité touche à sa fin. Il a pris l’habitude de travailler avec son thérapeute, Julia, et se sent en sécurité avec elle.

« Je suis en train de lui expliquer que cela ne dépend pas de moi », explique Maria, sa mère, qui se rend également compte des bienfaits de ce traitement. « Je lui dis sans cesse que nous allons vérifier avec Julia ses projets pour mettre fin à la thérapie. »

* Noms fictifs pour des raisons de protection.

Pour joindre l’article, cliquez sur l’image