Au village de Kara Tépé de l’Art-Thérapie pour les enfants

Publié le 24/10/2016
Gérard Thirioux
Ancien professeur de philosophie et auteur dramatique. Dernier ouvrage paru : Coup de boule à Berlin. Le Dernier carton rouge, Editions Amalthée, 2008.
TÉMOIGNAGE – A Lesbos, l’île sacrifiée, l’île bafouée, l’île oubliée, la compassion, la patience et la solidarité cèdent peu à peu la place à l’amertume, au sentiment d’injustice, demain peut-être à la colère.
Pélagia est appuyée contre le mur de son magasin, une jolie boutique de bijoux et de poterie de qualité qu’elle tient avec sa fille Maria sur le port de la Skala Sykaminias. La Skala Sykaminias, c’est ici – il y a un an exactement – qu’arrivaient en masse depuis la côte turque voisine les migrants pour l’Europe transitant par Lesbos. Jusqu’à 4 000 par jour.
Aujourd’hui, samedi 8 octobre 2016, elle a le sourire Pélagia. Un franc sourire. « Tu te rends compte, me dit-elle, si on avait eu le Prix Nobel de la Paix, le cirque aurait repris de plus belle ! » La veille, le jury Nobel, dans sa grande sagesse, a récompensé le président colombien Santos et non les habitants de Lesbos. Et pourtant les soutiens n’avaient pas manqué : le star system au grand complet, les médias influents du monde entier, le pouvoir politique grec. « Tu sais qu’hier, ajoute Pélagia, il y avait des télévisions de toute l’Europe ici ? Ils sont même allés chercher les petites yayas (mémés) qui avaient donné le biberon au bébé syrien l’an dernier. Quand ils ont su que c’était raté pour le Nobel, ils sont repartis aussi sec. Quel cinéma ! » A l’aéroport de Mytilène, la capitale de l’île, comme pour anticiper l’événement qui ne viendra pas, une photo de 4m² immortalisant la fameuse tétée est accrochée depuis plusieurs mois sur un mur. Elle déborde même sur celle, au format beaucoup plus modeste, du grand écrivain local qui a donné son nom à l’aéroport et qui, lui, a reçu le Prix Nobel en 1971 : Odysséas Elytis.

…/…

150 migrants arrivent chaque jour

Depuis la signature des accords entre l’UE et la Turquie, le 18 mars dernier, les arrivages de migrants ont nettement diminué, et de diurnes et affichés qu’ils étaient de septembre 2015 à mi-mars 2016, ils sont redevenus, comme au tout début du mouvement migratoire, nocturnes et clandestins. A l’automne 2015, au plus fort de la crise, de 80 à 100 canots pneumatiques contenant chacun une quarantaine de personnes accostaient chaque jour à la Skala Sykaminias. Aujourd’hui, c’est environ 150 migrants qui, quotidiennement, réussissent à passer à travers les mailles des filets turcs et de Frontex…  et s’ajoutent aux 8 500 déjà sur place depuis des mois. Leur composition ethnique a aussi beaucoup changé. En 2015, les Syriens et les Irakiens étaient de loin les plus nombreux, même si beaucoup d’Afghans et de Pakistanais – que la plupart des médias s’efforçaient de ne pas voir – étaient déjà du voyage.

Aujourd’hui, le hot spot de Moria abrite en effet des migrants issus de 78 nationalités différentes : Afghans et Pakistanais, certes, mais aussi Bangladais, Libyens, Marocains, Algériens, Palestiniens, Chinois, Somaliens, Nigérians, Congolais, les Africains étant de plus en plus nombreux.

Quant aux conditions de vie de ces migrants, elles varient selon leur origine. Les Syriens – qui y sont majoritaires – et les Irakiens sont logés à Kara Tépé. Ils sont 1 500 dans ce camp et peu parmi eux semblent se plaindre de leur situation, si ce n’est qu’ils souhaitent voir le temps du purgatoire lesbien diminuer.


Ajoutée le 20 janv. 2017

Filmed by Maro Kouri
Assistant: Dimitra Papageorgiou
Text: Marc Herman

Manoelle Lepoutre : « Nombre de nos salariés ont vécu une histoire liée à la migration »

Manoelle Lepoutre : « Nombre de nos salariés ont vécu une histoire liée à la migration »
6 décembre 2016

« Notre objectif est de participer à l’intégration des réfugiés dans un système économique »

Manoelle Lepoutre

La directrice « engagement et société civile » de Total, partenaire du forum Libération, revient sur les initiatives du groupe pétrolier en faveur des réfugiés.

« Nombre de nos salariés ont vécu une histoire liée à la migration »

Manoelle Lepoutre

Jeudi 8 décembre 2016, Libération organise « Migrants, la solidarité au travail », une soirée de débat sur le défi de l’intégration, à laquelle participera Manoelle Lepoutre, la directrice engagement et société civile du groupe Total. Inscrivez-vous ici pour y assister.

Quelle est l’action d’un groupe comme Total auprès des réfugiés ?

Nous sommes convaincus qu’une entreprise a son rôle à jouer sur des sujets de société aussi importants que celui de l’accueil des réfugiés. Sur le long chemin de l’intégration, les sociétés peuvent intervenir en améliorant « l’employabilité » de ces populations. Total est une multinationale implantée dans plus de 130 pays, près de 150 nationalités différentes travaillent ensemble. C’est donc assez naturellement que le Groupe s’est mobilisé pour contribuer à apporter une réponse durable à l’intégration des réfugiés. Pour ce faire, nous travaillons avec des associations, des entreprises sociales et solidaires qualifiées pour répondre à ces enjeux et nous les accompagnons en leur apportant des financements mais également des compétences. L’un des principaux critères de sélection des projets est l’ampleur de l’impact qu’ils pourront avoir.

Quels sont ces projets que vous accompagnez ?

Notre objectif est de participer à l’intégration des réfugiés dans un système économique. Cela passe donc par de la formation. Dans ce cadre, nous soutenons le programme « Refugeeks » avec l’école Simplon.co et l’association Singa : il s’agit d’une formation au code informatique, une compétence très recherchée sur le marché du travail. Toujours dans ce domaine, nous accompagnons un programme d’apprentissage du français, indispensable pour permettre l’intégration sociale et professionnelle. Au-delà de la formation, nous travaillons aussi sur l’emploi. Avec l’association Aurore, nous soutenons le programme « Un toit, un emploi », pour aider des familles à s’installer dans de grandes villes de France. Ainsi, une dizaine de familles s’est établie à Aurillac. Un projet similaire est prévu à Nantes et accueillera près des 40 familles. Enfin, nous avons également développé un dispositif d’accompagnement (mentoring) de réfugiés par les salariés du Groupe, avec l’association Kodiko. Chaque réfugié est « coaché » par un collaborateur qui lui transmet les codes de la culture française, les usages de la vie professionnelle, etc. Nous avons d’autres idées en tête, notamment un projet pour aider des femmes qui auraient besoin d’être accompagnées par des professionnels de la santé.

Pour lire l’article, cliquez sur le logo de Libération