La souffrance psychique des exilés, une urgence de santé publique


À l’occasion de la Journée mondiale des Réfugiés, le 20 juin, le Centre Primo Levi et Médecins du Monde publient le rapport « La souffrance psychique des exilés. Une urgence de santé publique ».
Les personnes exilées en Europe ont subi des violences dévastatrices, tant dans leur pays d’origine que sur leur parcours d’exil, et pour beaucoup d’entre elles encore sur le sol européen. La souffrance psychique des exilés constitue une part importante de ces violences insupportables.

Pourtant, aujourd’hui la santé mentale est un sujet oublié des gouvernements et pouvoirs publics européens.

Face à ce manque de volonté des dirigeants européens, chaque jour des associations et des citoyens engagés se retrouvent seules et impuissantes face à des troubles profonds. Ces lourds traumatismes s’aggravent très souvent une fois en France en raison des violences qui persistent. Les répercussions sont flagrantes en matière d’accueil et d’intégration de ces personnes exilées.
Le projet de loi asile et immigration, en cours d’examen au Sénat, durcit considérablement l’accès au séjour et à l’asile, ainsi que les conditions d’accueil et d’expulsion des exilés en France, dont beaucoup sont durement éprouvés. Les effets induits des Règlements européens ‘Dublin’ viennent aggraver la situation de ces personnes.
Le 5 juin dernier, lors du Comité interministériel à l’intégration des réfugiés, le Premier Ministre a annoncé, avec la Ministre de la Santé, vouloir faciliter l’accès aux soins de ces personnes et notamment la prise en charge des syndromes psycho-traumatiques. C’est un premier pas qui devra se traduire de manière effective.
Le Centre Primo Levi et Médecins du Monde, tous deux engagés dans l’accueil et le soin des personnes exilées, réunissent leurs constats, dressent un tableau sans concession de la situation et mettent en avant des propositions afin que soit enfin élaborée, au niveau national, une réponse adaptée à l’enjeu majeur que représente la santé mentale de ces personnes.

Pour lire le rapport, cliquez sur l’image du logo du centre Primo Levi

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *