L’objet de ce blogue collaboratif

Les interventions/ateliers – écriture des lettres – Exercices pratiques par l’Art-Thérapie – sont complémentaires à tout parcours médical obligatoire et ne peuvent pas le remplacer. Les interventions peuvent être réalisées en collaboration avec les psychologues ou psychiatres, hôpitaux, centres de soins ou préventions…
Nos services accompagnent les praticiens et professionnels de santé dans leur compréhension de la dissociation péri-traumatique.

Préface française de la Dre Muriel Salmona
page 16 du livre
Et il pallie la méconnaissance, la sous-estimation et l’incompréhension qui entravent l’identification des violences et de leurs conséquences psychotraumatiques. Restituer aux victimes traumatisées une parole, une cohérence, une vérité, une solidarité et des droits dont elles sont privés. Redonner du sens dans ce qui leur arrive, est une nécessité absolue.

Les yeux embués, le cœur battant, les doigts qui courent sur le clavier, ainsi est né sans le vouloir ce livre que vous tenez. Rédigé dans le noir, jamais je n’aurais imaginé que je confierais mon histoire. Partager cette souffrance, c’est dénoncer un mal qui ronge notre société dans une étendue incroyable. La violence conjugale n’est pas ce que vous croyez. C’est bien plus que des coups portés.

Nous contacter

Blaise et le château d’Anne Hiversère de Claude Ponti

Blaise et le château d’Anne Hiversère
Claude Ponti
Date de parution : 21/11/2008
Editeur : Ecole des Loisirs (L’)
Collection : Les lutins
ISBN : 978-2-211-09316-3
EAN : 9782211093163
Format : Poche
Présentation : Broché
Nb. de pages : 43 pages
Poids : 0.115 Kg
Dimensions : 15,0 cm × 19,0 cm × 0,3 cm


QUI EST BLAISE ?
Déjà, avant de vous parler de ce livre en particulier, il me faut vous présenter Blaise le poussin masqué.
Les poussins en général, et Blaise en particulier, sont des personnages récurrents dans l’univers bien particulier de Claude Ponti. Ils sont les héros de plusieurs livres, mais on les croise également dans d’autres histoires. En effet, les poussins vivent dans les livres et peuvent passer d’un livre à l’autre. Comme on l’apprend dans un autre bouquin intitulé Mille secrets de poussins.
Blaise, quant à lui, est un poussin masqué. Mais ce n’est pas toujours le même poussin ! C’est celui qui porte le masque de Blaise qui devient Blaise tant qu’il a le masque. C’est bien pratique pour faire des bêtises !
JEUX DE MOTS ET TEXTES FARFELUS
Les textes de Claude Ponti sont généralement bourrés de jeux de mots et de néologismes, qui plaisent beaucoup à Mr T.
Celui-ci ne déroge pas à la règle. On s’en aperçoit dès le titre.
Dans ce livre-ci, les poussins préparent la fête d’Anne Hiversère (leur meilleure amie), notamment en lui faisant « le plus incroyabilicieux des châteaux » avec des ingrédients presque magiques, ou en tout cas très spéciaux. Pour l’occasion, ils éclapatouillent la farine, récoltent du sucre de mer, splatchoulent les ingrédients et splitouillent la pâte (entre autre…).
On découvre aussi, plein de noms de poussins qui parleront parfois plus aux parents qu’aux enfants : Pic et Asso, Belle Djamine Frankline, Boufniouse (qui lit le journal), Slipododo (qui dort), Cirkdépékinne…
LA MAGIE DES IMAGES
Ce qui plaît le plus à Mr T. dans les livres de Claude Ponti, c’est qu’il peut passer beaucoup de temps à en regarder les images.
Celles-ci sont très fouillées et on peut se faire un jeu de retrouver un personnage d’une page à l’autre (il n’est pas rare d’ailleurs de devoir revenir en arrière pour vérifier qu’un des personnages que l’on remarque seulement était là depuis le début !).

Pour acquérir le livre, cliquez sur la couv

La roue des émotions de Plutchik

Robert Plutchik a aussi créé une roue des émotions pour illustrer diverses émotions motivatrices et nuancées. Il a proposé son modèle circomplexe en trois dimensions et son modèle de roue en deux dimensions en 1980 pour décrire les relations entre ces émotions.

Plutchik y propose ses huit émotions de base ou fondamentales (la peur, la colère, la joie, la tristesse, la confiance, le dégoût, l’anticipation et la surprise, dont leurs fonctions respectives seraient la protection, la destruction, la reproduction, la réintégration, l’incorporation, le rejet, l’orientation et l’exploration) en paires d’opposés : la joie et la tristesse, la peur et la colère, le dégoût et la confiance, la surprise et l’anticipation. De plus, il y combine l’idée d’un cercle des émotions et celle d’une palette de couleurs. Comme ces dernières, les émotions de base peuvent s’exprimer à divers degrés d’intensité et se combiner l’une à l’autre pour former des émotions différentes. C’est ainsi que Plutchik est venu à définir les dyades primaires (combinaisons de deux émotions de base adjacentes), secondaires (combinaisons d’émotions de base voisines à une émotion près) et tertiaires (combinaisons d’émotions de base voisines à deux émotions près).

Claude Ponti – Lui-même victime, il s’engage contre le harcèlement sexuel

Claude Ponti le 12 janvier aux éditions L’Ecole des loisirs, à Paris. (Vincent Leloup/Divergence pour le JDD)
Claude Ponti, tombé du nid
3 février 2018
Star des auteurs d’albums pour la jeunesse, Claude Ponti invente des poussins facétieux qui aident les enfants à grandir. Ses héros triomphent des épreuves, comme lui.
L’artiste a vengé le petit écolier. Sur le cliché en noir et blanc qui ouvre sa biographie autorisée*, Claude Ponti, sage raie sur le côté, bouche maussade, engoncé dans un gilet tricoté par son institutrice de mère, tient un pinceau de la main droite. Or le gamin est gaucher et, si on a pu le forcer à faire semblant le temps d’une séance photo, il ne se laissera pas contrarier. Jamais. « Plutôt crever. » Qu’importent les baffes administrées par le directeur de son établissement primaire des Vosges, le même qui plongeait certains élèves dans une auge glacée en plein hiver ou les enfermait à la cave dans le noir pour les punir ; qu’importe le redoublement imposé du CM1 pour cause d’écriture brouillonne. « Ils n’ont pas pu me faire changer de main », dit-il avec le sourire, doux et ferme, de qui a résisté à tout.

Lui-même victime, il s’engage contre le harcèlement sexuel

Un de ses compagnons imaginaires de l’époque a résisté au temps. Dans les années 1950, Claude Ponti avait commencé à dessiner, sur ses cahiers d’écolier, de petites créatures jaunes. Ces esquisses duveteuses, qui suscitaient déjà l’admiration des adultes, sont devenues les personnages fétiches de ses albums : des poussins à la mine réjouie, facétieux, qui bondissent d’une page à l’autre, se propulsant dans les airs pour embarquer le petit lecteur dans de folles aventures. « Ils ont une puissance de vie », apprécie leur créateur. Cette phrase résonne longtemps. Et s’il parlait aussi de lui ? « Claude » – comme l’appellent les nombreux enfants qui l’adulent –, « c’est le papa des poussins ». Le géniteur ne renie pas la filiation – cet esprit libre se garde de contester les interprétations même si lui-même semble plutôt tout droit sorti de l’œuf : « Quand je regarde cette vieille photo, je vois bien que j’ai une gueule de poussin. »

« Je sais ce que c’est qu’être une proie »

Ponti, 69 ans, auteur et illustrateur de plus de 70 albums, écoulés à 7,5 millions d’exemplaires en français, est l’un des plus grands noms de la littérature jeunesse. Chaque ouvrage, généralement publié à l’automne, est une surprise et « une œuvre en soi », « drôle et contemplative », « avec plusieurs registres de dessin », que l’on aime « conserver et regarder », selon les tendres mots de son amie la romancière Marie ­Desplechin. A chaque livraison, un personnage farceur continue de malmener le code-barres, mais le format change – grand, petit, large, étroit –, donnant des sueurs froides à l’imprimeur et aux parents qui n’arrivent pas à aligner ses bouquins sur les étagères. « Il est incadrable, poursuit sa complice. Cela va avec son talent exceptionnel : il sait ce qu’il veut. »
Dans les années 1960, le jeune lycéen des Vosges a échafaudé un plan de carrière précoce : fuir sa famille grâce aux crayons et aux pinceaux ; rire au nez de la tragédie, en bon disciple de Topor. « Ce qui m’a sauvé, à part le fait que je dessine, c’est la rage », explique le cadet d’une fratrie de trois garçons. Dans Les Pieds bleus**, un roman pour adultes paru en 1995, il s’était inventé un double de fiction pour raconter, à mots crus mais couverts, les torgnoles et les humiliations du paternel, un ouvrier d’origine italienne, la démission maternelle face aux coups, l’abandon durant un an et demi chez une tante, jusqu’à la naissance de son benjamin.

Aujourd’hui, persuadé d’assister à « un moment historique bouillonnant » – il relaie la dénonciation des violences sexuelles sur son compte Twitter –, Ponti est prêt à balancer droit dans les yeux : oui, le roman parlait bien de lui, et l’inceste dont il était question, il en a été victime. « Longtemps, c’était indicible, soupire-t-il. Enfin indisable. » Le néologisme en forme de pirouette d’ancien dyslexique ressemble à ceux qui secouent ses textes, émerveillant les petits, déroutant certains grands. Dans la conversation de tous les jours, de manière surprenante, Ponti jongle assez peu avec les mots.

Il aborde la maltraitance, la domination, la violence dans des livres pour enfants

Les souvenirs des viols commis par son grand-père maternel lui sont revenus à 20 ans, une fois quitté le foyer familial. A cette époque, il a compris pourquoi il était « bizarre » ; atteint de stress post-traumatique, conclurait-on aujourd’hui : obligé de repérer, en entrant dans une pièce, les portes de sortie ; allergique à la foule ; incapable de respirer en courant, jusqu’à s’effondrer en plein sprint, bouche cousue sur un terrain de rugby, parce que le bruit de l’air qui entre et sort, insoutenable, lui rappelait les halètements obscènes de son grand-père pendant les agressions. « J’ai une idée très précise de ce que c’est que de vivre dans la maison d’un homme qui peut vous atteindre à n’importe quel moment, détaille-t-il. Je sais ce que c’est qu’être une proie, et une proie permanente, donc il y a des choses que je comprends. »

Pour lire l’article, cliquez sur le portrait

Corps et âmes avec Siri Hustvedt

Corps et âmes avec Siri Hustvedt
18/01/2018
Siri Hustvedt, écrivaine, pour Les mirages de la certitude (Actes Sud, parution 14 mars). A noter également la sortie en poche, le 7 février, de Plaidoyer pour Eros chez Babel Essais.


Siri Hustvedt, Barcelone, Espagne, 2017• Crédits : MIQUEL LLOP / NURPHOTO – AFP
Avec la romancière et essayiste américaine Siri Husvedt, maître de conférence en psychiatrie à la faculté de médecine Weill Cornell (New York), auteur en 2010 de La Femme qui tremble, sur les troubles neurologiques, et de Vivre Penser Regarder en 2013, recueil de quelques unes de ses conférences.

En librairie à la mi-mars, son nouvel essai : Les Mirages de la certitude chez Actes Sud. Un éloge du doute qu’elle ouvre par ces mots :

« En dépit de prédictions enthousiastes selon lesquelles l’innovation technologique va ouvrir la voie à l’utérus artificiel et à la vie éternelle, il est encore vrai que tout être humain naît du corps de sa mère et que tout être humain meurt ».

La tête dans la psychologie, un pied dans la philosophie, un autre dans les neurosciences, elle vagabonde entre les disciplines et multiplie les points de vue.

Partisane de la pensée complexe, féministe, elle redonne place aux intellectuelles dans la vie des idées et la formation des concepts et n’a pas sa langue dans sa poche quand il s’agit de faire entendre sa voix dans le débat public.

Pour joindre la page de France Culture, cliquez sur le logo

Siri Hustvedt – La femme qui tremble – Une histoire de mes nerfs

Siri Hustvedt
La femme qui tremble
Une histoire de mes nerfs
Traductrice : Christine Le Boeuf
Date de parution : 11/01/2013
Editeur : Actes Sud
Collection : Babel
ISBN : 978-2-330-01447-6
EAN : 9782330014476
Format : Poche
Présentation : Broché
Nb. de pages : 256 pages
Poids : 0.205 Kg
Dimensions : 11,0 cm × 17,6 cm × 2,0 cm


Résumé

En 2005, alors qu’elle vient à peine de commencer à prononcer le discours préparé en l’honneur de son père disparu deux ans auparavant, Siri Hustvedt voit soudain tout son corps secoué par d’irrépressibles tremblements. Aussi effrayée que stupéfaite, elle constate que cette crise n’affecte cependant ni son raisonnement ni sa faculté de s’exprimer. Afin de cerner la nature de ce spectaculaire et, bientôt, récurrent, phénomène de dissociation, Siri Hustvedt entreprend d’aller à la rencontre de cette “femme qui tremble”, ce Doppelgänger dont elle vient de découvrir l’existence.
Pour y parvenir, la romancière, de longue date fascinée par les phénomènes liés aux désordres psychiques, s’engage dans une recherche approfondie. Assistant, puis participant activement, à des séminaires de neuropsychologie tout en s’impliquant dans des ateliers d’écriture en lien avec des institutions psychiatriques officielles, l’écrivain ne manque pas d’accueillir également, pour étayer son enquête, les inépuisables témoignages que délivrent, sur le sujet, non seulement les oeuvres littéraires qui l’ont nourrie mais aussi les découvertes dont sa pratique personnelle de l’écriture est le constant laboratoire.
Synthèse d’un parcours placé sous le signe de la rigueur intellectuelle et d’une réquisition, parfois douloureuse, de l’opaque mémoire affective individuelle, La Femme qui tremble s’affirme comme une approche aussi ambitieuse qu’inédite de l’histoire des pathologies mentales, aborde sans détour les rapports de la maladie avec le geste créateur, et délivre une parole d’humilité solidaire de la souffrance de “l’autre”.


Biographie de Siri Hustvedt

Le père de Siri Hustvedt est un Américain d’origine norvégienne et sa mère est norvégienne.
Poétesse, essayiste et romancière reconnue, elle est diplômée (Ph.D.) en littérature anglaise de l’Université Columbia1.
Son premier roman, Les Yeux bandés est édité en 1992, et son troisième roman Tout ce que j’aimais connaît un succès international. En 2010, elle édite un essai La femme qui tremble, sur les troubles neurologiques qu’elle a étudiés dans les hôpitaux psychiatriques. Le recueil Vivre Penser Regarder, paru en 2013, rassemble 32 conférences et articles, prononcés ou publiés séparément entre 2005 et 2011. Elle y développe ses thèmes de prédilection, mêlant les apports de la littérature, de la philosophie, de la psychologie ou encore des neurosciences. Ses œuvres sont traduites dans seize langues à ce jour. En France, les écrits de Siri Hustvedt sont traduits par Christine Le Bœuf et publiés chez Actes Sud.

Pour acquérir le livre, cliquez sur le la couv