L’art-thérapie se développe en Tunisie

Kamar, a Syrian refugee girl who was injured during the violence in her country, draws during a psychological therapy session in Amman October 11, 2012. Kamar has undergone multiple reconstructive surgeries and is one of dozens of refugees that attend the daily therapy sessions run by French aid organization Medicins Sans Frontieres (Doctors Without Borders). REUTERS/Ali Jarekji (JORDAN – Tags: POLITICS CIVIL UNREST CONFLICT HEALTH)

HuffPost Tunisie
Par Yassine Bellamine
30/05/2016
MEDECINE – L’art-thérapie à le vent en poupe. Il s’agit de l’explotion du potentiel artistique dans une visée thérapeutique et humanitaire comme le définit l’école d’art-thérapie de Tours « , explique Imen Jemmali, art-thérapeute au HuffPost Tunisie.
Exerçant depuis quelques années en France, elle est l’une des premières tunisiennes à s’être spécialisée dans ce domaine.
Soigner par les couleurs, la musique, l’art plastique, la danse, le théâtre, ou encore le chant, tel est le but de l’art-thérapie.
Peu répandue en Tunisie, cette pratique tend de plus en en plus à se développer comme l’affirme l’Art-thérapeute Imen Jemmali: « L’art-thérapie moderne est une discipline à part entière. On en entend parler de plus en plus. Mais en Tunisie c’est plutôt l’art-thérapie traditionnel qui est la psychothérapie à support artistique (une spécialité) qui est totalement différente de l’art-thérapie moderne ».

« c’est très différent de la psychothérapie à support artistique qui est plus dans l’analyse de la production et se pratique en psychiatrie seulement et aussi en individuel » alors que l’art-thérapie peut se pratiquer de façon collective indique la spécialiste en art-thérapie

Bien que de plus en plus exercée et reconnue pour ces effets thérapeutique, l’art-thérapie n’a le statut que d’une pratique paramédicale. Cependant pour l’exercer « il faut un diplôme » mais aussi et surtout une « dominante artistique ».
C’est d’ailleurs cela qui fait que les patients réagissent bien à cette nouvelle forme de thérapie: « Depuis l’obtention de ma certification d’art-thérapie en 2011 j’ai proposé des ateliers d’art-thérapie à des hôpitaux à des structures sociales. Dans l’ensemble les retours étaient très positifs auprès des patients et aussi des familles », affirme t-elle.

Pour lire l’article, cliquez sur la photo

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire