Téléfilm : Lanester, avec Richard Berry à la poursuite d’un tueur en série

Réalisé pob_6e3d09_alvalm-nouvelle-couv-petitar Franck Mancuso. Scénario de Franck Mancuso, Franz-Olivier Giesbert, Valérie Toranian et Barbara Grinberg. D’après À la vue, à la mort, de Françoise Guérin.
Avec : Richard Berry (Eric Lanester), Emma de Caunes (Gabrielle Stahl), Hippolyte Girardot (Vincent Gerhardt), Bruno Salomone (Xavier Lanester), Nicky Marbot (Charles Kaminski), Isabelle Candelier (Jacynthe Bergeret), Agnès Blanchot (Max Fabrega) et Maher Kamoun (Kamel Halfi).
Dans l’ouest parisien, deux et bientôt trois crimes sont commis selon un énigmatique scénario. Chaque fois, la victime énucléée est l’objet d’une mise en scène macabre. En découvrant l’une d’elles, le commandant de police Éric Lanester perd la vue et la direction de l’enquête. Néanmoins, grâce à l’aide providentielle d’une jeune femme chauffeur de taxi, il décide de poursuivre la traque. Mais ses investigations vont bientôt le renvoyer à ses démons qu’il croyait à jamais enfouis. Quoi de plus probant qu’une cécité brutale pour se rendre compte de son propre aveuglement ? Lanester a l’intuition qu’il lui faut pénétrer au plus profond de lui-même pour venir à bout de la folie meurtrière. Aux prises avec son symptôme, il entreprend une démarche courageuse : regarder sa peur en face. Passant de l’action à l’introspection, le commandant Lanester mène son enquête à l’aveugle et pourtant, il n’a jamais été aussi clairvoyant…

Richard Berry : « Ce qui est très intéressant dans ce scénario, c’est la cécité temporaire de Lanester. On sort des sentiers battus. Nous ne sommes plus dans la démarche d’une enquête classique, comme c’est souvent le cas, que ce soit à la télévision ou au cinéma. Comment poursuivre un tueur en série quand on est littéralement plongé dans le noir ? C’est une situation inédite. Lanester est obligé d’exacerber tous ses sens pour avancer, pour résoudre l’énigme… Et il n’est pas seulement à la poursuite d’un tueur en série, il est également à la recherche de lui-même, de son passé. Il trimballe des casseroles depuis pas mal de temps. Son enfance a été chahutée, difficile. Tous ses traumatismes enfouis remontent à la surface de manière inattendue, sur une scène de crime, sous la forme d’une cécité psychogène. Pour comprendre pourquoi il en est victime et espérer recouvrer la vue, il est obligé d’entamer un travail sur lui-même. »

Pour lire l’article, cliquez sur la couv du livre

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire