Centre Françoise Minkowska

Historique de l’Association Françoise et Eugène Minkowski
Pendant les années qui suivirent la fin de la deuxième guerre mondiale la France a accueilli de nombreux réfugiés venant des camps et des personnes déplacées. Les épreuves subies, la dispersion des familles, les difficultés d’insertion furent à l’origine de dysfonctionnements et de décompensations psychiques qui nécessitaient souvent, dans les villes où ils affluaient et en particulier à Paris, des structures de soins adaptées aux aspects linguistiques et culturels.

En Novembre 1951, est créée une consultation médico psychologique (Dispensaire TIOMKINE) au 11 de la rue Saulnier dans le 9ème arrondissement de Paris, dirigée par le Professeur Eugène MINKOWSKI avec la collaboration du Docteur FURSAY et d’une psychologue.

Ce lieu de consultation est organisé pour les enfants et pour les adultes et les prises en charge sont assurées en français, allemand, russe et polonais. Cette initiative bénéficie du soutien du Service Social d’Aide aux Emigrés (S. S. A. E.) qui assure le financement.

Le 6 Mars 1962, l’Association Françoise et Eugène MINKOWSKI est créée et présidée par le Pr. Eugène MINKOWSKI.

L’Association met en place une structure dédiée aux soins qu’elle nomme Centre Françoise MINKOWSKA.

Le Pr. Alexandre MINKOWSKI reprend la présidence en 1972.

L’Association Françoise et Eugène MINKOWSKI et les services d’Hygiène Mentale de la Seine signent une convention permettant ainsi la garantie d’un financement pérenne.

Depuis 1985, le financement du Centre est assuré par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie.

Actuellement, l’équipe médico-psycho-sociale propose actuellement des prises en charge aux patients originaires de sept aires géoculturelles différentes : Afrique Subsahelienne, Asie du Sud et du Sud-est, Europe Centrale et de l’Est, Maghreb, pays lusophones, pays hispanophones, Turquie.

Le 1er avril 1999, l’Association et le Centre emménagent dans de nouveaux locaux situés au 12, de la rue Jacquemont (17ème arrondissement de Paris). Un espace de 400 m2 sur un même étage améliore les conditions d’accueil des patients.

INPES – Institut national de prévention et d’éducation pour la santé

L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé est un  établissement public administratif créé par la loi du 4  mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de  santé. L’Institut est un acteur de santé publique plus particulièrement chargé de  mettre en œuvre les politiques de prévention et d’éducation pour la santé dans  le cadre plus général des orientations de la politique de santé publique fixées  par le gouvernement.

La loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé  publique a élargi ses missions initiales à la participation à la gestion des  situations urgentes ou exceptionnelles ayant des conséquences sanitaires  collectives et à la formation à l’éducation pour la santé. – http://www.inpes.fr/INPES/quisommesnous.asp#sthash.HnjcoR3Y.dpuf

Le réseau ASDES – Un réseau Ville-Hôpital d’Ile de France

Le réseau ASDES (Accès aux soins, aux droits et à l’éducation à la santé) est l’un des premiers réseaux en Ile-de-France, répondant à la notion nouvelle de « Réseau de santé », telle que définie dans la loi du 4 mars 2002 traitant des droits des patients et de la qualité des systèmes de soins.

Initié au sein de la « poli-clinique » de l’hôpital Max Fourestier de Nanterre, puis à l’AP-HP et à la poli-clinique de l’hôpital Corentin Celton. Le réseau ASDES s’inscrit dans cette volonté de décloisonnement de la médecine hospitalière et de son ouverture sur son environnement urbain.

Le réseau ASDES est opérationnel sur tout le bassin de vie de Nanterre, d’Issy les Moulineaux et les communes limitrophes, y compris Paris. ASDES regroupe des professionnels à l’hôpital et en ville qui travaillent ensemble pour mettre à disposition des personnes les soins et les moyens de prévention les mieux adaptés.

Le réseau s’adresse à toutes les personnes qui ont plus de 16 ans et qui souhaitent une prise en charge globale (médicale, sociale, psychologique, …), indépendamment des critères de revenus et de situation sociale.

Le réseau ASDES a été créé en juillet 2000 par un groupe de professionnels exerçant à titre hospitalier et libéral, installé au Centre d’Accueil et de Soins Hospitaliers (CASH) de l’hôpital Max Fourestier à Nanterre et l’hôpital Corentin Celton (APHP) à Issy les Moulineaux ; ou exerçant dans les bassins de vie de Meudon et Issy les Moulineaux.

Au sein du Conseil d’Administration du réseau ASDES, le Professeur Christian HERVE assure les fonctions de président, les Docteurs Veronique MOURIER et Serge OUAZANA de vice-présidents, le Dr Guy MAZEAU de trésorier, le Dr Christophe LAZERAT de trésorier adjoint, et le Dr Armelle de LA ROCHEBROCHARD de secrétaire générale.

Les Docteurs Sophie EMERY et Fabrice MATHY assurent la coordination médicale côté hospitalier et ville.

——————————————————————————————–

Depuis l’ouverture du Réseau ASDES en avril 2001, plus de 5000 patients ont été inclus par la partie libérale du Réseau, c’est à dire une centaine de médecins adhérents. Le réseau ASDES a réussi une mobilisation considérable des acteurs. Le lien ville-établissement est matérialisé par les conventions passées avec le CASH de Nanterre et l’hôpital AP-HP Corentin Celton à Issy les Moulineaux.

L’objet du Réseau est de développer une activité de santé publique clinique, de prévention et de dépistage avec accès aux droits en cohérence avec les impératifs de la loi du 4 mars 2002, et d’aider ainsi tout professionnel du Réseau à consacrer du temps et des moyens à la prise en charge des patients concernés par l’activité du réseau ASDES : il s’agit d’organiser le parcours et la trajectoire du patient à partir d’un dossier unique d’inclusion et des fiches de suivi de l’activité.

Le but premier est d’assurer pour tous les patients dont la plupart présentent un état de vulnérabilité, une prévention des grands risques (cancer , maladie cardio-vasculaire, surpoids, maladie infectieuse, souffrance psychique etc…), en facilitant l’accès aux soins et à la prévention.

Il s’agit donc d’un réseau de prise en charge globale.