Film – Les insoumises

« Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits », annonce l’article premier de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen.

Mais selon que l’on est un homme ou une femme, la liberté, l’égalité, la dignité et les droits ne sont pas les mêmes. Cette réalité, elle aussi, est universelle. Que ce soit dans les sociétés les plus traditionnelles ou dans les plus modernes, dans les peuplades reculées ou dans les conseils d’administration des multinationales, les femmes sont placées en situation d’infériorité.

En un mot, la moitié de l’humanité vit dans la soumission et l’oppression. Souvent, c’est au nom de la tradition que les femmes sont soumises, cachées, mutilées, échangées, privées de leurs droits ou violentées. Derrière le paravent des coutumes et des habitudes, la « tradition » sert d’alibi pour maintenir une domination et écarter les femmes du pouvoir. Pour y résister, certaines ont décidé de se lever et de protester. Quels sont leurs combats ? Comment s’y prennent-elles ? Quelles résistances rencontrent-elles ? Ce film propose de répondre à ces questions en s’attachant au combat de cinq femmes extraordinaires à travers le monde, cinq « insoumises » – Ranjana Kumari en Inde, Kadidia Sidibé au Mali, Nebahat Akkoç en Turquie, Siriporn Skrobanek et Khun Nee en Thaïlande -, et d’associations comme L’Escale, en France.

Au cours de plusieurs voyages, nous les accompagnons sur le terrain au sein de leurs associations, auprès des femmes pour lesquelles elles se battent et qui, à leur tour, se lèvent, s’organisent et se battent contre les oppressions qu’elles subissent. Rien n’est inéluctable. Là où les combats sont menés, les injustices reculent. La lutte de ces femmes remarquables constitue l’essence de ce film.

Alors, soyons insoumis à notre tour. Nous ne sommes pas naïfs : faire un film ne changera pas le monde, mais il nous invite tous à changer de regard, à interroger la place que les sociétés, des plus traditionnelles aux plus modernes, laissent aux femmes. Car si les violences perdurent c’est que les sociétés le permettent.

Éric Guéret
Réalisateur

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Logo-WikipédiaLa journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes est célébrée le 25 novembre et soutenue par l’Organisation des Nations unies.

La date du 25 novembre est récente. Cette célébration d’après l’OMS a pour source un événement particulier, l’assassinat le 25 novembre 1960 des sœurs Mirabal en République dominicaine.

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Log-ONU-violence-à-l'égard-des-femmesPourquoi cette Journée ?

    • La violence contre les femmes est une violation des droits de l’homme.
    • La violence contre les femmes résulte d’une discrimination à l’égard des femmes, tant dans le droit que dans les faits, ainsi que de la persistance d’inégalités entre hommes et femmes.
    • La violence contre les femmes a de lourdes conséquences et peut empêcher la réalisation de progrès dans certains domaines, comme l’élimination de la pauvreté, la lutte contre le HIV/sida et la paix et la sécurité.
    • La violence contre les femmes et les filles n’est pas inéluctable et sa prévention est non seulement possible mais essentielle.
    • La violence contre les femmes est un problème mondial. Jusqu’à 70 pour cent des femmes sont victimes de la violence au cours de leur vie

Pour aller sur le site de l’ONU, cliquez sur le logo