Téléfilm : Lanester, avec Richard Berry à la poursuite d’un tueur en série

Réalisé pob_6e3d09_alvalm-nouvelle-couv-petitar Franck Mancuso. Scénario de Franck Mancuso, Franz-Olivier Giesbert, Valérie Toranian et Barbara Grinberg. D’après À la vue, à la mort, de Françoise Guérin.
Avec : Richard Berry (Eric Lanester), Emma de Caunes (Gabrielle Stahl), Hippolyte Girardot (Vincent Gerhardt), Bruno Salomone (Xavier Lanester), Nicky Marbot (Charles Kaminski), Isabelle Candelier (Jacynthe Bergeret), Agnès Blanchot (Max Fabrega) et Maher Kamoun (Kamel Halfi).
Dans l’ouest parisien, deux et bientôt trois crimes sont commis selon un énigmatique scénario. Chaque fois, la victime énucléée est l’objet d’une mise en scène macabre. En découvrant l’une d’elles, le commandant de police Éric Lanester perd la vue et la direction de l’enquête. Néanmoins, grâce à l’aide providentielle d’une jeune femme chauffeur de taxi, il décide de poursuivre la traque. Mais ses investigations vont bientôt le renvoyer à ses démons qu’il croyait à jamais enfouis. Quoi de plus probant qu’une cécité brutale pour se rendre compte de son propre aveuglement ? Lanester a l’intuition qu’il lui faut pénétrer au plus profond de lui-même pour venir à bout de la folie meurtrière. Aux prises avec son symptôme, il entreprend une démarche courageuse : regarder sa peur en face. Passant de l’action à l’introspection, le commandant Lanester mène son enquête à l’aveugle et pourtant, il n’a jamais été aussi clairvoyant…

Richard Berry : « Ce qui est très intéressant dans ce scénario, c’est la cécité temporaire de Lanester. On sort des sentiers battus. Nous ne sommes plus dans la démarche d’une enquête classique, comme c’est souvent le cas, que ce soit à la télévision ou au cinéma. Comment poursuivre un tueur en série quand on est littéralement plongé dans le noir ? C’est une situation inédite. Lanester est obligé d’exacerber tous ses sens pour avancer, pour résoudre l’énigme… Et il n’est pas seulement à la poursuite d’un tueur en série, il est également à la recherche de lui-même, de son passé. Il trimballe des casseroles depuis pas mal de temps. Son enfance a été chahutée, difficile. Tous ses traumatismes enfouis remontent à la surface de manière inattendue, sur une scène de crime, sous la forme d’une cécité psychogène. Pour comprendre pourquoi il en est victime et espérer recouvrer la vue, il est obligé d’entamer un travail sur lui-même. »

Pour lire l’article, cliquez sur la couv du livre

Livre – Christine Courtois – Treatment of Complex Trauma

Christine_CourtoisTreatment of Complex Trauma: A Sequenced, Relationship-Based Approach – The Guilford Press, New York, novembre 2015

de Christine A. Courtois (Auteur), Julian D. Ford (Auteur)

Ce guide très fouillé fournit une feuille de route très détaillée pour accompagner les survivants adultes de traumatisme psychologiques complexes.
Christine Courtois et Julian Ford présentent une approche fondée sur leurs recherches pour aider les sujets à passer par trois phases clairement définies lors de leurs tentatives pour guérir des adultes d’une atteinte post-traumatique.
Deux exemples servent de support aux démonstrations du livre. De la mise en œuvre des interventions fondées sur la dynamique d’alliance thérapeutique considérée ici comme un catalyseur des transformations à venir.
Les sujets essentiels tels que les crises graves d’anxiété, de perte d’estime de soi, la dysrégulation des affects, la dissociation et les pratiques d’auto-guérison font l’objet d’une approche approfondie. Le livre, par le biais du site des auteurs, propose des fiches d’accompagnement pour les cliniciens qui désirent approfondir les questions abordées dans leur pratique. On y trouve aussi une vaste liste de ressources professionnelles et d’auto-assistance. Une nouvelle préface des éditions de poche et e-book aborde les progrès scientifiques actuels.
Le guide bouleverse les approches anciennes des psychothérapies fondées sur la neutralité, la bienveillance « passive » et l’unicité du soin – il ne s’agit pas ici de supporter l’accompagnement par une ressource unique ni par une seule méthode de soutien. Le thérapeute doit pouvoir disposer d’un panel de ressources adaptées à chaque étape de l’évolution du sujet. Non pas qu’il lui faille maîtriser de multiples méthodes thérapeutiques mais il doit pouvoir, à l’écoute attentive du sujet, passer d’un outil à un autre. Nous devons, là, faire face à l’unité du sujet et non à l’unité de la doctrine du thérapeute.
Notons que les auteurs relèvent dans chacun de leurs ouvrages le peu d’intérêt dont la profession fait preuve à l’égard des travaux sur les traumatismes de l’enfance – inceste, maltraitance, torture, esclavage, etc. – et ceux dont soufrent les adultes – attentats, guerres, viols, etc.
De même n’hésitent-ils pas à épingler certaines doctrines psychologiques ou psychanalytiques qui ont considérablement retardé notre écoute des victimes et la prise en considération de leurs troubles. On notera l’usage du terme d’alliance pour situer la relation du thérapeute à la personne qu’il accompagne.
Enfin, c’est presque un tabou en France, les thérapies psychodynamiques, le yoga, la méditation, le développement personnel sont intégrées à ce corpus général des modèles de thérapies pour les rescapés de traumas. Je précise en passant que de nombreuses victimes françaises qui, après de nombreux échecs auprès de psychologues affiliées aux pratiques standards, se tournent vers des thérapies alternatives, dont certaines sont pourtant connues pour leur sérieux, se font accusées par la justice, les éducateurs, les avocats de pratiques sectaires ou d’être sous influence…

Lire également Drs. Courtois and Ford’s : Treating Complex Traumatic Stress Disorders (Adults)
et Treating Complex Traumatic Stress Disorders in Children and Adolescents,
Ils présentent les dernières recherches sur la nature des complexes traumatiques et les différents modèles de traitements associés au diagnostique d’un complexe traumatique.

Christine Courtois est Psychologue conseil à Washington, spécialiste de psychologie clinique et psychopathologique. Elle a bâti une solide réputation de rigueur au sein de la communauté américaine de psychologie pour ses recherches avancée sur le diagnostic et le traitement des traumatismes sexuels de l’enfance et sur le suivi des rescapés de traumas.
Julian D. Ford est professeur de psychiatrie, à l’University of Connecticut, spécialiste de psychologie et de droit…

Traduction en cours par Illel Kieser ‘l Baz

La protection de l’enfance par Hélène Romano – Karl Zéro Absolu

Logo-Karl-zeo-absoluAjoutée le 11 mai 2016
Hélène Romano démontre à travers un livre écrit en compagnie d’Eugénie Isard : « Danger en protection de l’enfance – Déni et instrumentalisations perverses », les risques de manipulation et de corruption qui existent dans des histoires d’abus sexuels et maltraitances envers les enfants.