Livre – Niki de Saint-Phalle, la révolte à l’œuvre – Catherine Francblin

Niki-de-Saint-Phalle-CF-1-204x300Par Sylhouahe5
07/07/2015

Catherine Francblin

Aux Éditions Hazan, 2013
Niki de Saint Phalle, la révolte à l’œuvre

Il est une chose qu’il faut savoir en ce qui concerne Niki de Saint Phalle, tous ceux qui tentèrent de dissocier son œuvre et sa vie intime, et particulièrement les événements qui composèrent son enfance, en sont toujours restés comme des ronds de flan.
Niki de Saint Phalle n’a jamais intellectualisé son art pour en faire un objet de développement abstrait, bien au contraire, la vie, l’histoire sont partout présentes et sont parties constituantes de la Grande Œuvre.
Ainsi, réalité, fiction, légende, pensées, idéaux se mélangent, s’amalgament, se fondent sans jamais dévoiler ni origines ni fins. Dans une éternelle continuité d’où la fin est aussi éloignée que l’origine du nom familial.

Il était une fois donc, une jeune fille née d’une vieille famille aristocrate encore pleine de sève fière et virile. Dans cette vieille famille dont seuls les hommes fabriquaient la légende depuis les premières croisades, comment allier féminité et participation à cette légende ? Comment dépasser les préjugés anciens et devenir un individu incontournable sans passer par le « marché du mariage » lorsque l’on est femme ?

« J’ai décidé très tôt d’être une héroïne.
Qui serai-je ? George Sand ? Jeanne d’Arc ?
Un Napoléon en jupons ? Qu’importe qui je serai !
L’important était que ce fût difficile, grand, excitant ! »

Annonce-t-elle en préambule de son premier livre autobiographique TRACES. Remembering 1930 – 1949. Eine Autobiographie. (en Allemand)

A force d’écouter les histoires des hommes héros du clan de Saint Phalle, la petite Niki aurait-elle fini par s’identifier à ses ancêtres mâles ? Lorsque sa mère, estimant que ses prénoms officiels Catherine, Marie-Agnès ne lui allaient pas, la baptise « Niki » se référant à Athéna Nikè, la Victorieuse, n’a-t-elle pas malgré elle poussé sa fille vers sa destinée guerrière ?
Mais une guerre contre qui ?
Contre le poids familial sans aucun doute.

Ainsi donc ; il était une fois une petite fille qui naquit dans une vieille famille aristocrate française… d’une mère américaine fermement catholique plus ancrée encore au respect des traditions et de la bienséance apparente des choses. Violences et contradictions, mutisme et silence. Soumission et révolte sournoise. Niki nait dans les larmes de la dépression bancaire et de l’infidélité paternelle. Voulut-elle mourir à peine née ? Le cordon ombilical s’enroula deux fois autour de son cou et l’étrangla presque.
La vie et la mort seront dès lors intimement entrelacées.
Elle naquit manquant d’air, elle mourra l’air lui manquant.

« A ma naissance vous avez perdu tout votre argent dans le krach. Et cependant que vous m’attendiez, vous avez découvert la première infidélité de mon père. Je n’apportais que des ennuis. »
Ma mère.

Pour lire l’article, cliquez sur la couv du livre

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *