15/ L’altération de la mémoire autobiographique par François Louboff

page 138
Une réaction de stress sévère ou prolongée provoque une production importante de corticoïdes par les glandes surrénales. Leur effet toxique sur l’hippocampe entraîne l’atrophie de nombreux neurones, altérant la mémoire autobiographique (ou explicite), celle qui enregistre le contexte. Les souvenirs traumatiques ne pouvant être intégrés sont alors constitués d’images, de sensations et d’émotions intenses et fragmentaires, rarement associées à un contenu verbal, narratif qui est alors généralement assez pauvre.
Ceci semble traduire l’échec de la mémoire explicite à faire son travail d’intégration de l’événement traumatique.

La mémoire implicite reste fonctionnelle. C’est elle qui enregistre les émotions, les sensations et les réactions du corps lors de l’événement traumatique l. Si bien que plus tard, dans certaines situations, la victime pourra ressentir des émotions, des sensations et avoir certains comportements, mais être incapable d’en comprendre les raisons.
Les études faites chez des individus ayant vécu un traumatisme montrent qu’aucun d’entre eux ne se rappelle avoir pu en faire un récit cohérent, tout de suite après. Mais tous, quel que soit leur âge au moment du traumatisme, s’en souviennent au début sous la forme de flash-back émotionnels et sensoriels (images, sons, odeurs, sensations corporelles). C’est lorsque ces intrusions sont à leur maximum et que toutes les sensations apparaissent que le souvenir sous forme d’un récit peut enfin commencer à émerger.
Malheureusement, malgré le développement d’un récit de l’expérience traumatique, la plupart des victimes continuent d’en souffrir même après de nombreuses années 2
En d’autres termes, les victimes ne peuvent pas relier tous les éléments du souvenir pour les intégrer dans un ensemble cohérent, unifié, évolutif, comme c’est le cas lors d’un souvenir non traumatique.
D’où trois conséquences, confirmées par les observations cliniques :
Tenter d’accéder au souvenir traumatique, en faisant appel à la mémoire autobiographique pour créer un récit cohérent de ce qui a été vécu, ne sera pas très efficace.
Certaines sensations, identiques à celles qui ont été mémorisées lors du traumatisme, pourront permettre l’accès au souvenir : par exemple, l’odeur d’un parfum peut réactiver le souvenir d’un viol des années plus tard.
Enfin, ces souvenirs traumatiques pourront être plus facilement accessibles dans un état hypnotique, puisque l’induction hypnotique provoque un état de dissociation.

1. Van der Kolk B.A., «The body keeps the score: memory and the evolving psychobiology of posttraumatic stress», Harvard Review of Psychiatry, 1994, 1 : 253-265.
2. Van der Kolk B. A., Fisler R., «Dissociation and the fragmentary nature of traumatic memories : overview and exploratory study», Journal of Traumatic Stress, 1995, 8 (4) : 505-525.

______________________
Autres billets sur J’aimerais tant tourner la page de François Louboff
1/ J’aimerais tant tourner la page – Guérir des abus sexuels subis dans l’enfance
2/ Le rôle de la justice dans le statut de victime
3/ L’argent et les victimes de viols par inceste
4/ Enfant d’incestée
5/ Dissociation ? mais de quoi ?
6/ La dissociation est un moyen de défense du psychisme
7/ Qu’est-ce que la PE – partie émotionnelle – après un traumatisme
8/ Qu’appelle-t-on « PAN » – partie apparemment normale après une dissociation
9/ Les enfants – de victimes de viols par inceste – présentent un risque de SSPT trois fois plus important que dans la population générale
10/ Quand être victime devient une addiction
11/ Explications psychologiques de la revictimisation
12/ La fibromyalgie et le syndrome de fatigue chronique
13/ Les souvenirs traumatiques : un autre type de mémorisation
14/ La dissociation traumatique perturbe la mémorisation

2 réflexions au sujet de « 15/ L’altération de la mémoire autobiographique par François Louboff »

  1. J’ai lu diverses parties des passages.
    Je suis attérée par ce que je lis et je me dis que non vraiment cette personne ne sait pas ce que ressent une victime et ce dont elle est capable ou pas.
    Ce qui me gêne le plus c’est qu’il y aura toujours des gens qui se serviront de ces propos pour se « donner bonne conscience »

    J’ai été violée dans mon enfance et comble de l’innommable, suite à une situation particulière, témoin d’un trafic de drogue, j’ai subi plusieurs agressions et la dernière avec viol de deux individus.

    Alors, non Mr Louboff, je ne suis pas d’accord avec vous.

    Simplicité

    Répondre

  2. @ Simplicité
    Je me permets de publier tout cela parce que justement, je pense que nous devons dénoncer les travaux qui font office d’évangile en la matière et qui ne reflètent pas une réalité, mais un argumentaire de vente de soins.
    Comme le disait une lectrice du blog, il est étonnant que toutes « ces études » soient éditées par des messieurs. Les dames n’ont visiblement pas encore accès au chapitre.
    Un jour peut-être, mais ne nous décourageons pas, le sujet était inaccessible il y a encore 5 ans.
    Merci à vous.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *