BMP – Toile d’araignée de couleurs


Une nouvelle idée de la « petite sorcière“, mais cette idée a légèrement changé de direction au fur et à mesure.
Je voulais faire naître un tableau très coloré, légèrement fouillis mais en dans les couleurs et même un peu fou.
J’avais envie de calmer cette envie de « jamais de fin ». Je ne suis pas capable de dire si cette envie est une souffrance ou bien quelque chose qui va dans le sens du positif.
Mais je sais une chose : je voulais m’éclater, m’amuser et surtout prendre du plaisir, même si je ne savais pas comment j’allais m’y prendre pour donner le jour à mon idée. Parfois, je me dis que je dois être légèrement « tordue ».

Comment avez vous procédé pour la réalisation de votre tableau ?

J’ai commencé par faire des formes comme des ronds sur mon châssis en coton en utilisant pour le contour du noir et du vert fluorescent.
Ensuite je les ai remplis de différentes couleurs comme pour la texture du produit que j’ai utilisé.
Car en remplissant mes ronds d’une seule couleur je ne voyais plus où était le côté découverte.
Une fois mes ronds recouverts de leurs manteaux différents, j’ai laissé sécher pendant plus d’une heure et demie au soleil.
Je voulais que ce côté fluorescent ne s’évanouisse pas dans l’air ; j’ai donc pris une photo dans une pièce plus sombre et comme par magie, la couleur verte était toujours présente, je trouvais que cela amenait un petit plus.
Pour la suite, je souhaitais faire le fond avec du sable de différentes couleurs. Au début tout allait bien, mais ensuite ma concentration a dû s’envoler, mes gestes étaient moins précis, moins doux, donc du “grabuge” dans mon tableau. Là je n’avais plus le choix, je devais donc pour cacher l’empreinte de passage à vide tout recouvrir de sable de couleur.
Alors mon idée était de faire en sorte, que celui-ci soit bien éparpillées, tout en essayant de ne pas trop recouvrir mes formes de rond du départ de ce tableau. Plus j’avançais et plus j’avais cette impression de faire naître une mare de couleurs où vivaient de drôles de petites bêtes.
Mais ce qui me « chagrinait“ c’était que mon côté fluorescent avait disparu, je devrais donc plus tard le faire réapparaître.
Un fois mon manteau en sable de couleur terminé, j’avais dit ouf, car ce n’est pas si facile à faire, mais bon j’y suis à peu près arrivée.
Je ne voulais pas m’arrêter là, je souhaitais le faire évoluer un peu plus mon tableau. Et là dans ma tête l’idée de faire naître une jolie toile d’araignée m’a frôlée. Et pourquoi pas ?
Je me disais que je pourrais aussi faire apparaître mon fameux vert fluorescent et ça c’était génial !
J’ai donc repris mes tubes de couleurs différentes, de l’eau et j’ai fait apparaître plein de traits dans tous les sens, comme pour retenir ma mare avec son manteau de multiples couleurs.
Voilà comment est née mon idée de « petite sorcière ».
Une fois que j’avais fini ma création, je souriais toute seule, car je me disais : « et bien voilà un autre drôle de tableau qui, je pense, n’avait rien à voir avec mon idée du départ. Je pense que celle-ci je l’ai mangée en cours de route ».
J’ai passé un agréable moment, je reste toujours persuadée qu’avec l’art-thérapie on voyage et que cela nous transporte dans un monde parfois nouveau et même inconnu, comme pour ce tableau. Un tableau qui finalement n’a pas de sens pour le regarder.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Chassis en coton blanc
Couleur liquide pébéo vitrail
Couleur liquide pour marbre
Peinture pour bois, carton, plâtre
Couleur Water en tube à l’eau de couleur pébéo
Sable de couleur.

BD – Définitions : un tableau – une peinture une aquarelle – une production

Donc moi je fais de la peinture mais avec de l’aquarelle ce qui donne une production,
Pouvez-vous trouver svp les définitions de :

Un tableau :

nom masculin
arts décoratifs
peinture
Un tableau est une œuvre peinte à l’huile sur toile ou sur panneau.

Une peinture :

nom féminin
peinture
La peinture est à la fois l’art de peindre, les ouvrages exécutés et aussi les différents procédés pour réaliser ces œuvres.

Un dessin :

nom masculin
arts décoratifs
mot ancien : dessein (n.m)
Le dessin est un mode de représentation des objets à l’aide de traits au crayon, à la plume ou au pinceau. Il représente les contours des figures d’un tableau, d’une sculpture, d’un ouvrage, etc.
On désigne aussi par ce mot l’art même du dessinateur. On dit, par exemple, qu’une figure est d’un beau dessin.
On se sert enfin du mot dessin par opposition à celui de couleur pour indiquer la prédominance du trait sur le coloris.
En architecture, on dit qu’un édifice a été construit d’après les dessins de tel ou tel architecte, pour indiquer que cet édifice a été réalisé sur les plans tracés par cet architecte.

Une aquarelle :

nom féminin
peinture
technique de décoration
L’aquarelle est une peinture à l’eau qui laisse travailler le fond du papier.
La couleur légère et transparente est réalisée à l’aide d’un pigment, d’un liant et d’eau transparente. Elle laisse visible le support. Le blanc correspond a des partie simplement non peintes.
Les pinceaux utilisés pour l’aquarelle sont le condor, le putois et la marte.
Les supports traditionnellement utilisés pour cette technique de dessin sont le papier, le vélin, la soie, l’ivoire. De plus, on fabrique des papiers cartonnés spéciaux à gros grains, afin d’obtenir des tons couverts de granulations ou de points blancs, ce qui ajoute de la fraîcheur aux tons de l’aquarelle.
La technique de peinture à l’aquarelle nécessite une main leste et habile.
Elle fut très à la mode durant la Belle-époque. Elle décore alors les éventails, les écrans, les foulards, etc.
La gouache est quant à elle une couleur à l’eau opaque employée pour réaliser par exemple des tableaux et d’anciennes miniatures sur parchemins rehaussés d’or.
Le lavis à l’encre de Chine (sépia) est une sorte d’aquarelle.

Une production :

Ensemble de moyens qui aboutissent à la création d’un bien nouveau ou d’un service.
Ce qui est produit
par la nature, l’art, l’esprit : Les productions maraîchères. La dernière production d’un écrivain.