BD – Démunie, en colère

Mon dessin du jour : malheureuse démunie de la situation. En colère.
Ce dessin a été réalisé avec une plume et une branche de sapin et pour la fin une paille dans laquelle j’ai soufflé.
Plus je le regardais plus je trouvais qu’il manquait quelque chose. Ce dessin me rendait mal à l’aise. C’est la première fois que je ressentais cela en moi, il me perturbait vraiment, donc j’ai pris les pastels secs et je me suis laissée aller je ne sais pas pourquoi j’ai ressenti cette envie mais elle était là cette reprise a été faite avec mes mains.

BG-– Peinture-n°64-–-Colère-1

 

BG-– Peinture-n°65-–-Colère-2

BD – Répéter

On parle de séquelles psychologiques et physiques pour des personnes qui on été maltraitées, physiquement et psychologiquement. Le lavage de cerveau ; on parle de cette chaîne, de cette continuité, de cette violence qui pourrait se répéter quand on devient parent. Cela fait encore partie des choses qu’on entend. Cette insécurité existe hélas. Moi même j’en suis effrayée. Dans ma tête, j’ai toujours peur de cela.
On dit que certains symptômes peuvent s’atténuer avec un suivi, une bonne prise en charge médicale, de l’art thérapie etc. Là dessus je suis d’accord, comme exemple je donnerais l’automutilation, ce qui était mon cas, un acte que je ne fais plus pratiquement. Une grande amélioration, comme aussi le fait de prendre trop de médicaments. Mais certains symptômes restent, il faut rester réaliste. Me concernant, je dirais qu’on peut mieux survivre et continuer à travailler pour pouvoir passer au stade de vivre. Tant qu’on a cette prise en charge qui nous aide.
Il y a une autre chose que je voudrais dire aussi mais là je parle pour moi me concernant. Je dirais que le passé, ce passé de souffrance peut ressortir violemment dans certaines situations de notre vie. Il peut jouer sur notre attitude la façon de voir les choses pour pouvoir les analyser convenablement avec du recul, comme par exemple je parlerais de la situation de ma grande et le fait qu’elle côtoie un garçon. En ce qui me concerne cela déclenche une grande angoisse, la peur que ce que j’ai vécu se répète sur elle avec ce garçon. En lui je vois mes agresseurs c’est ce qui ressort de suite de ma tête. Terrible en moi la non confiance en la vie ; je parle de la sécurité de tous les jours à l’avenir.
Pourtant une partie de moi sait que mon passé c’est mon passé que celui de ma fille, ce qu’elle vit est différent et n’a rien à voir avec le mien. Cette partie là fait bien la différence et le comprend.
Mais l’autre partie de moi fait barrière et ne veut rien savoir. Blocage total et cela pose quelques difficultés.
Pour moi je ne pensais pas que cela aller se passer comme cela sur l’avenir de ma grande et dans sa relation avec ce jeune homme je ne pensais pas que ce passé aller resurgir aussi violemment que maintenant. Je pensais que cela allait se dérouler sans soucis sans barrière comme cela doit se passer normalement et j’en souffre même si avec ma grande fille on dialogue beaucoup pour ne pas qu’elle en souffre. Je la laisse le fréquenter, le voir chez lui ce jeune homme, mais je ne peux le rencontrer et ça me fait mal car je sais que ma fille en souffre. Aussi je travaille dessus avec mon psychiatre le docteur L., mais voilà ce que je voulais expliquer.