BD – Atelier dessin-collage au jardin du Botanique avec les jeunes migrants


Petit pique-nique en ce jeudi 18 Avril et dans l’après-midi atelier collage sur place, dans ce magnifique jardin…
Nous étions nombreux à profiter de ce beau soleil.
La veille nous avons tout préparé pour le repas du pique-nique du midi et de mon côté, j’ai aussi préparé le matériel pour le collage et le dessin.
Arrivés au jardin Botanique, nous nous sommes installés pour le repas du midi, sur la pelouse, mais à l’ombre. Nous avons pris notre temps. Puis nous sommes partis faire le tour de ce jardin, où les couleurs des fleurs sont magnifiques en ce moment.
Beaucoup de jeunes ne connaissaient pas ce jardin ; nous avons donc pris notre temps en nous arrêtant pour lire les pancartes, prendre des photos, admirer les fleurs et puis nous nous sommes arrêtés dans la partie du jardin où se trouve une petite ferme. Une fois le tour terminé, nous nous sommes installés pour démarrer l’atelier de cet après-midi.
Nous avons eu la chance d’avoir trouver une belle table ronde en bois, en plein milieu du jardin, parmi les animaux. Comme on dit, on était bien placé.
Pendant notre balade, les jeunes ont pu également ramasser des feuilles, des fleurs, des fougères, des plumes. Tout cela servant à rajouter du relief aux dessins que les jeunes allaient faire.
Ils étaient tous très emballés ; ils se sont installés autour de la table, et de mon côté j’ai sorti le matériel avec leur aide. Je leur ai donné une seule consigne : faire apparaître un dessin qui rappellera cette journée pique-nique.
Je voulais que cet après-midi reste pour eux quelque chose d’agréable, dans la continuité de la matinée qui venait de s’écouler.
C’est ainsi que tout le monde a pris son crayon et a commencé à faire apparaître les premiers traits sur leur feuille. D’autres ont commencé par trier ce qu’ils venaient de ramasser, pour les incorporer à leur dessin. Tout le monde s’organisait chacun à sa façon dans une bonne ambiance. Les passants étaient intrigués de voir un atelier de collage et de dessin en plein milieu de ce parc. Certaines personnes ont même commencé un dialogue avec nos jeunes. Les personnes s’invitaient à cet atelier, et c’était sympathique.Plus on avançait dans l’après midi et plus les formes apparaissaient et prenaient leurs manteaux en couleurs. Certaines personnes revenaient même pour percevoir la suite des dessins.
Les jeunes étaient vraiment ravis de cet après-midi dehors, mais aussi d’avoir pu voir des animaux de très près et même pour certain pouvoir les toucher. C’était pour eux une vraie découverte. Les jeunes ont apprécié de dessiner dehors et de pouvoir parler avec des personnes qu’ils ne connaissaient pas et d’échanger sur leur dessin.
Par moment cela me donnait cet impression d’être un atelier ouvert 🙂 Pour terminer cette journée, nous avons partagé un grand goûté et nous avons aussi apprécié de manger des œufs de Pâques. Ce fut un après-midi rempli d’échanges très riches, très différents de ce qui se passe à l’association. Les jeunes étaient très détendus et ont apprécié la sortie de même que l’atelier. Ils nous ont demandé si cela était possible de recommencer cette expérience. Nous avons répondu pourquoi pas ! De notre côté nous sommes conscients que des toutes sorties demande beaucoup d’organisation et de vigilance. Nous gardons en tête que ce sont des jeunes migrants mineurs et que nous devons également veiller à leur sécurité etc. Mais pourquoi pas.

BD – Dessinez ce qui vient, comme vous en avez envie

« Atelier du lundi après-midi : « dessinez ce qui vient, comme vous en avez envie ».
C’est un peu compliqué en ce moment à l’association.
Il y a beaucoup de têtes nouvelles, beaucoup d’imprévus aussi, comme j’ai pu l’observer ce lundi 15 avril.
Donc pour faire mon atelier, j’ai pris toutes les personnes qui se trouvaient sur les lieux, bénévoles ou pas, je les ai installées autour d’une table et j’ai sorti mon matériel. Des personnes étaient là juste pour regarder les autres, et d’autres prêtes à vouloir dessiner.
Comme c’était un atelier différent de ce que je fais d’habitude, je leur ai proposé de dessiner ce qui leur passait par la tête, cela pouvait être un animal, une émotion, juste des couleurs, des formes géométriques, des lettres, etc.
Je souhaitais que les personnes captent la première idée qui étaient en elles et la posent sur la feuille. Sur la table, il y avait des livres avec des photos d’animaux, et j’avais suggéré la possibilité de mélanger des formes diverses, par exemple un visage moitié humain, moitié animal.
J’ai bien aimé l’ambiance, car il y avait des échanges qui ont commencé tout de suite. Les personnes qui avaient choisi d’observer, regardaient les livres ouverts, une façon finalement de participer. Les dessinateurs eux, commençaient à faire apparaître des pattes, des plumes, des débuts de de mandalas.
Il y avait un jeune qui s’appliquait dans le moindre de ses traits et n’hésitait pas à gommer encore et encore, afin de trouver la forme qui lui “parlait”. Dans la pièce, il y avait ces échanges, parfois des regards qui se croisaient, mais il y avait également ce souffle de sérieux qui était jusque dans les moindres recoins de la pièce. Cela, tout le monde l’avait remarqué.
Non cet atelier n’était pas comme d’habitude. On sentait également le souffle de cette nouvelle découverte que certaines personnes exprimaient dans leur attitude. Il y avait des questions et j’avais l’impression que les personnes présentes auraient aimé emporter avec elles cette ambiance particulière, pour ne pas l’oublier.
Plus l’après-midi passait et plus des formes nouvelles apparaissaient, mais aussi des échanges entre les différentes personnes.
Comme d’habitude, j’ai prévenu une demi-heure avant la fin de l’atelier, qui a été un peu plus long. Certaines personnes ont eu le temps de finir leur dessin, d’autres le finiront la prochaine fois. Comme cela se fait d’habitude, nous avons rangé tous ensemble, épinglé les dessins finis sur le tableau mural et les dessins non terminés, mis de côté.
Nous avons terminé par un goûter, et l’échange habituel.