BMP – Un « corps rond », « un corps boule »

Je ressens de la colère devant des situations : au sujet de mon opération, et de ce qui se dit aussi. Et je sais que cette colère ne va pas m’aider, et qu’elle risque de ne rien apporter de positif.
Mais pourtant, je réfléchissais à la manière dont je pourrais en dessin représenter cette colère dans le « bon sens », afin de pouvoir prendre du recul et apaiser cette situation dans ma tête.
Maintenant il est certain que dans ces moments-là, ma première réaction est de me mettre en boule, et parfois même je boude, rumine dans mon coin, mais est-ce que finalement ce n’est pas normal ?
Mais là dans ma tête je me suis dit, que si je réalise un dessin ce n’est pas pour rester dans mon coin, mais que cela va m’aider justement à en sortir, pour trouver finalement quelque chose de calme et d’agréable pour remplacer ce mal-être qui est finalement destructeur pour moi dans cette tête. Voilà c’était cela mon idée.
Remplacer par du bien, panser ce qui me faisais mal en moi. Peut-être aussi pour éviter de partir en vrille dans ma tête et finir par une dissociation car ce mal-être aurait provoquer un cour circuit en moi. Alors pourquoi pas éviter cette situation par des moyens apaisants, donc me mettre à dessiner.

Comment avez-vous dessiné ?

Pour la réalisation de mon esquisse, j’ai commencé par poser mon point de départ. Il s’agit de ce rond au centre, qui représente un espèce d’appui qui me permettrait de ressentir ce présent. C’est comme lorsque l’on pose ses pieds bien à plat sur le sol pour ressentir l’appui donc aussi le présent. Et bien la réalisation de ce rond, de cette boule c’est cela, que je voulais faire : un appui.
Puis j’ai continué mon esquisse en formant le corps avec un dos juste arrondi. Comme pour rechercher une position de calme et de détente, mais pas pour me renfermer, car ce n’était pas mon idée. Juste être là dans une position qui me permettrait de pouvoir prendre du recul devant ces situations qui me fond mal.
Pour la réalisation de son manteau, malgré le côté calme que je recherchais, il n’y aura pas de couleur. Sur le moment j’étais sûre dans ma tête qu’utiliser différents crayons permettrait de faire ressortir le bien-être.

Matériaux utilisés :

Dessin réalisé sur feuille dessin, aquarelle de format de 36cm x 48cm.
J’ai utilisé les crayons HB  et crayon graphic 6B, 9H.

Qu’avez-vous ressenti ?

J’ai canalisé mon attention sur ce dessin, je me disais que cette canalisation serait plus forte que mon mal-être.
Mais je me suis aperçue aussi que les mauvaises habitudes, on ne les perd pas si vite que ça !
Dans ma tête il y avait cette partie de moi qui était là à me taquiner pour que je me mette réellement en boule pour que personne ne puisse me voir, me faire oublier des autres. Cette culpabilité.
Je me suis battue pour faire face à cette envie, mais ça finit en dissociation. Pratiquement de la bienvenue, car j’ai pu ensuite finir mon dessin calmement.

Que ressentez-vous face à ce dessin ?

En regardant mon dessin j’ai cette impression que finalement cette colère ressort par le corps sans faire de dégâts.
Dans ma tête quand je regarde ce dessin, ça circule bien.

BMP – Se replier, la tête dans les mains

Je me dis toujours : évite à ton cerveau de le laisser t’emmener dans un mal-être. Dessine et c’est ce que j’ai fait pour laisser passer ce moment difficile.
Je voulais transcrire un moment de calme, et je voulais aussi mon corps tranquille en entier, donc également mon cerveau. Mon corps et moi on n’est pas vraiment en « harmonie ». C’est compliqué.
Je voulais faire un dessin concernant un corps en entier, mais sans savoir si c’est une femme ou un homme. Sur le moment, ça n’avait aucune importance, ce que je recherchais ; lors de sa réalisation c’était dans sa posture, et dans le mot « cocon ». Je ne voulais pas réaliser non plus un tableau ou l’on voit un corps d’une façon « normale » je veux dire debout. Car on voit toutes les formes déjà d’une, et ensuite il n’y a pas de surprise au regard. Et puis ça ne m’apporte rien d’esthétique, il n’y a pas de recherche lors de la réalisation de l’esquisse. C’est « banal ».
J’aime montrer et faire ressortir le côté « tordu » d’un corps, sa plasticité, mais aussi le côté « replié » caché de celui-ci dans toutes ses postures. Et dans ce tableau c’est ce que j’ai recherché.
Trois mots devaient ressortir de mon dessin : esthétique, douceur, et tordu.
Je voulais réaliser une belle esquisse avec ces trois mots et sans dévier de mon idée. De quoi occuper mon cerveau d’une façon détendue, sans le mal traiter avec mes angoisses, qui finalement finissent par une dissociation ou par partir « en vrille ».
Voilà le but de mon dessin, un ensemble de pas mal de situations. Et moi je salivais d’avance de mon idée d’esquisse qui était dans ma tête et qui ne demandait qu’à sortir et se mettre sur feuille :))

Comment avez-vous dessiné ?

Pour la réalisation de son manteau, pas de couleur aquarelle. Ça ne veut pas dire pas de douceur ou autres émotions. J’avais peur d’être tentée d’en mettre trop et que ça finisse en étranglement, situation que je ne voulais vraiment pas. Il y avait cette angoisse qui survolait et je ne voulais pas lui donner l’occasion de lui donner raison.
Les motifs, ont été réalisés sur le moment, sans réfléchir. Comme pour lâcher un peu la pression dans ma tête.
Je voulais un dessin sobre aussi, avec l’air qui circule dedans. Mais là je ne suis pas sûre de moi…

Matériaux utilisés :

Dessin réalisé sur feuille de format 36cm X 48cm< Crayon (B, XS, F)
Crayon graphic (2B, 6B)
Fusain

Qu’avez-vous ressenti ?

J’ai fait barrière à toute question. J’ai bu beaucoup d’eau en me disant si cela pouvait inonder mon cerveau de choses ridicules ça serait bien, mon moment de délire.
J’ai eu des dissociations, mais je me disais ce n’est pas si grave.
Un moment d’angoisse mais la dissociation a pris la relève, une partie de moi a été contente, car j’ai pu reprendre mon tableau sans que cela se voit. Et sans que cette angoisse m’emporte trop loin.

Que ressentez-vous face à ce dessin ?

Ma première réaction a été : Alors ça ! J’étais étonnée de voir le résultat de loin. Ce dessin sans couleur ne me gène pas.
Je ne suis pas partie en « vrille » Et ça c’est génial. Après je dois finir cette journée de ce samedi, sans trop d’angoisse.