21 juin 2012 – De nouveaux témoignages en faveur de Laurent de Villiers

21/06/2012 Par C.H.

De nouveaux témoignages en faveur de Laurent
Mais en juin 2007, le fils cadet de la famille Villiers avait souhaité retirer sa plainte au terme d’une tentative de conciliation familiale et alors que son frère lui avait présenté ses excuses, avant de réitérer ses accusations en novembre 2008. Le 17 décembre 2010, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Versailles avait estimé qu’il n’existait « pas de charges suffisantes » à l’encontre de Guillaume de Villiers et avait prononcé un non-lieu en sa  faveur.
Laurent de Villiers, qui a refait sa vie aux Etats-Unis, a sorti début novembre un livre (« Tais-toi et pardonne ») où il revient en détails sur l’affaire. Selon Libération, Laurent de Villiers aurait reçu de nouveaux témoignages en sa faveur depuis : celles d’une amie d’enfance de sa sœur Louise et de sa mère, ainsi qu’un ami d’enfance de son frère
Pour lire l’article, cliquer sur le logo de Elle

_____________________________
Autre billets sur l’affaire de Villiers
23/12/2010 – Accusant son frère d’inceste, Laurent de Villiers se pourvoit en cassation – Le Monde
18/12/2010 – Viols par inceste : Laurent de Villiers juge « totalement partial » le non lieu en faveur de son frère
L’histoire des viols par inceste de Laurent de Villiers par son frère
INCESTE Affaire Laurent de Villiers contre Guillaume de Villiers – 2006/2010
17/12/2010 – Laurent de Villiers : « Je ne me tairai pas »
17/12/2010 – Affaire Laurent de Villiers : le combat d’un enfant seul face aux viols par inceste
16/12/2010 – « Laurent de Villiers est un martyr » par Anne de Kervenoael
13/10/2009 – Pressions sur l’édition : l’exemple du livre de Laurent de Villiers
26/11/2006 – Le fief de la famille Villiers refuse d’y croire
31/01/2011 – Chroniques judiciaires du Nouvel obs : Viol présumé chez les Villiers : retour sur une très étrange affaire
11/05/2011 – Guillaume de Villiers, accusé de viols par son frère Laurent, le poursuit pour chantage et subornation de témoin par Isabelle Monnin.
1/11/2011 – Affaire de Villiers : Qu’as-tu fait de ton frère ?
Laurent de Villiers a déclaré que son père lui avait dit « que cela ne le concernait pas et que c’était entre moi et mon frère ».
Laurent de Villiers : Le fils mots dits par Ondine Millot
2 novembre 2011 – A2 Journal de 20h – Laurent de Villiers
5 novembre 2011 – Emission « On n’est pas couché » avec Laurent de Villiers
Tais-toi et pardonne ! par Laurent de Villiers
Affaire Villiers : le non-lieu de Guillaume de Villiers est annulé
Laurent de Villiers : « Il n’y a qu’une victime c’est moi, pas mon père.
Affaire Laurent de Villiers : il n’y aura pas de procès aux assises pour viol

Patrick Dewaere, Une vie par Christophe Carriere – révélation d’agressions sexuelles

Patrick Dewaere, une vie
Christophe Carriere
Parution le 14 juin 2012

Patrick Dewaere s’est suicidé le 16 juillet 1982 à l’âge de 35 ans.

Avant propos

Le secret est de polichinelle. Au détour d’un entretien donné à Première en 
2002. Elsa Dewaere, dernière épouse de l’acteur et mère de Lola, déclarait 
tout de go : « Il a subi dans son enfance et son adolescence les 
attouchements très graves d’un proche. À 16 ans, Patrick s’est révolté. Il a 
donné un coup de poing à cet homme pour dire : « avec moi. ça ne se passe plus comme ça. »

Voilà C’était là. Sous nos yeux. Noir sur blanc. Et personne n’a fait 
attention. Moi le premier, qui travaillait, quand a paru cet entretien, à 
Première précisément ! Sur le départ parce qu’en désaccord avec la 
direction de la rédaction sur les nouvelles orientations éditoriales, je lisais 
en diagonale ce magazine que j’aimais tant. Et puis, la déclaration n’a pas 
fait beaucoup de bruit à l’époque parce qu’elle venait d’Elsa, complice de 
défonce de Dewaere et vouée aux gémonies par quasiment tout le 
landemau cinématographique. N’empêche. On ne dit pas ce genre de chose 
au hasard. Surtout en 2002, quand les affaires de pédophilie font de plus en 
plus souvent la une des journaux. Deux ans plus tard. c’est Gérard 
Depardieu qui évoquera « la vérité», dans son livre Vivre : 
« Je crois que, dans son enfance, il avait été victime d’actes de pédophilie. Il m’en avait parié mais je ne sais pas si j’ai le droit de raconter ça. Ce que je 
sais, c’est que sa fragilité venait de là. Cette enfance qui ne passait pas, 
c’était son abîme, son gouffre intérieur. » Cela se précise. Et se confirme, sans équivoque, quand Bertrand Blier, pipe au bec, m’affirme sans 
sourciller : « Patrick m’a raconté qu’ïl avait été abusé sexuellement. Et il m’a 
toujours dit le plus grand mal de sa famille, à l’exception de ses frères et de 
sa sœur. C’est de là qu’il faut partir. »

Évidemment, cela change tout. Le mal-être permanent s’explique mieux. Tout s’explique. D’ailleurs, l’info est tel un « twist », ce retournement final 
dans les scénarios qui remet tout le film en perspective. Sauf qu’ici, il n ‘était 
pas question d’attendre la fin pour dire l’innommable. Le but n’est pas de 
verser dans le sordide ou d’entretenir un suspense glauque. Les détails des 
saloperies dont a été victime Patrick Dewaere, confiés par nombre de 
personnes une fois celles-ci assurées que j’étais affranchi de l’obscure 
indiscrétion, je les garderai pour moi. Pas question non plus de désigner 
quiconque comme coupable, tout responsable de ce bourbier étant 
aujourd’hui hors d’état de nuire. Cela ne servirait en rien le propos de cet 
ouvrage, à moins de vouloir satisfaire un voyeurisme malsain. Patrick 
Dewaere a été abusé sexuellement, point. Fort de cette affirmation, on peut 
« partir de là. » oui. Et reconsidérer les déclarations des uns et des autres, peut-être moins anodines qu’elles n’y paraissent. Ainsi, ce témoignage de 
Dominique Maurin, le petit frère préféré de Patrick Dewaere, dans le recueil 
d’entretiens de leur mère Mado Maurin. Patrick Dewaere mon fils, la vérité 
(Le Cherche Midi, 2006) : « Témoigner dans un procès où la victime et l’assassin sont déjà loin ? Que dire de plus que mes frères et sœur, coincés 
par une histoire qui n’aurait dû être qu’un secret de famille, comme tant d’autres ? C’est du spectacle et nous en sommes les acteurs. »

On ne réglera aucun compte. L’addition est trop salée. Mais on va 
étudier Dewaere par le menu, à la manière de Daniel Spoerri, plasticien qui 
fige les plats et les restes d’un repas sur une table afin d’en faire un tableau. On ne se lance pas dans une œuvre d’art, mais d’observation. Sans 
œillères. Sans emphase. Il y a encore vingt ans, quand on commémorait les 
dix ans de la mort de l’acteur, on y allait sur la pointe des pieds, avec ce 
qu’il fallait de circonvolutions pour ne froisser personne.

Pour acquérir le livre, cliquez sur la couv