BMP – Un soleil arc-en ciel


Le soleil est bon pour le moral !
Un petit dessin en aquarelle en ce samedi 🙂
Je voulais faire un petit clin d’œil à notre beau soleil qui nous accompagne depuis quelques jours et je dirais que le l’apprécie. Tout comme le matin de très bonne heure, quand je me lève, la première chose que je fais : je vais ouvrir la porte qui donne sur la terrasse et je respire cet air tranquille, juste avant que la vie se réveille.
Dans mon dessin, je souhaitais être généreuse dans les couleurs, faire apparaître cette petite chaleur que ce beau soleil nous fait partager généreusement. Ce soleil qui me permet de dessiner dehors 🙂
Un dessin sans avoir fait une esquisse auparavant. Je ne sais pas, je voulais faire du « direct » sur ma feuille avec mon pinceau, peut-être pour laisser mes gestes s’exprimer encore un peu plus, histoire peut-être aussi de me poser.
J’ai donc commencé par faire le rond, qui représentera le cœur de mon soleil, celui-ci ne ressemble pas un une forme stricte, bien au carré, non je voulais un léger décalage, je souhaitais peindre un soleil magique, inattendu et attirant.
Pour la continuité de mon dessin, j’ai déposé plusieurs couleurs directement sur ma feuille, toujours pareil en gardant en tête cette forme de rond, qui sent bon cette chaleur.
J’ai ensuite pris mon pinceau fin comme le corps d’une danseuse et j’ai commencé à faire mes rayons de couleurs pour commencer à faire apparaître cette boule de couleur de feu. Je faisais attention de bien mélanger ces couleurs les unes avec les autres, en prenant garde que le mot « gaîté » soit toujours présent au regard des yeux.
Pour continuer à agrandir mon dessin, j’ai recommencé à déposer des couleurs diverses directement sur ma feuille et j’ai recommencé un autre nouveau mélange de couleur et ainsi de suite et ça jusqu’à qu’il n’y ait plus de place sur ma feuille.
Je souhaitais également jouer avec notre petit « ami » cette boule de feu de l’extérieur dans la prise des photos pour l’évolution de mon dessin.
Pour moi je ne pouvais faire autrement, je devais l’incorporer avec mon soleil à moi, y faire apparaître un duo explosif. On pourrait même croire que mon soleil est réel, si vous observez la première diapo, on pourrait distinguer les nuages en vrai, pleins d’éclats.
J’ai joué également avec les ombres qui apparaissaient sur le sol, il y avait un peu d’ombre par ci par là, l’ombre des arbres, je devais également l’incorporer dans ma peinture. Pour finir en un trio de couleur finalement 🙂
Je me disais que dans ma peinture il y aurait donc, les surprises de l’extérieur et la surprise de mon geste du pinceau. Le tout réuni pour nous faire entendre les couleurs chanter… Je dirais que cela sent bon l’arrivée de l’été.
Dessin conçu sur feuille de format de 36 × 48 cm.
Peinture aquarelle.

BMP – Modelage de mes deux mains


Pour continuer ce travail sur le modelage de mes deux mains, en argile rouge, j’avais eu l’idée de les rassembler toutes les deux sur un socle. Je pense qu’en moi, je voulais continuer à les faire exister dans leur geste. Ce geste qui me permet de pouvoir dessiner, écrire, modeler et faire de la mosaïque, mais aussi surtout de faire des gestes courants malgré mes difficultés tout au long de la journée.
Mon premier socle s’est cassé en séchant donc j’en ai refait un autre en recommençant depuis le début. Hum quelques soucis avec les doigts, je dois manier ce travail en douceur.
Mon autre idée serait de pouvoir peindre les deux mains, mettre de la couleur, comme pour représenter les mains de l’artiste que je deviens doucement. Les recouvrir de leurs manteaux de gaieté ou autre, permettrait de faire apparaître ce qui se trouve à l’intérieur de mes tableaux dans leurs mouvements, et émotions.
J’ai donc commencé par couper un gros morceaux dans mon bloc d’argile.
Je l’ai travaillé longuement dans tous les sens, en le pétrissent, comme si je préparais ma pâte à pain. J’aime toujours m’amuser à y laisser en profondeur mes empreintes de doigts et les faire disparaître après. Comme un  jeux de cache-cache.
J’ai ensuite aplati ce morceau que j’avais travaillé, et j’y ai posé les deux mains dessus, juste pour prendre les marques de leur positionnement, pour pouvoir aussi prendre les mesures de mon socle qui mesure environ 60cm de longueur et 28 cm de largueur.
Une fois la surface de mon socle bien plate, bien travaillée avec mes doigts, j’ai fait deux gros trous à l’intérieur, un pour la main droite et un autre pour la main gauche.
J’ai placé les mains dedans et je les ai recouvertes d’argile au niveau du bas, du pied. J’ai  ensuite retravaillé la surface de mon socle sur sa totalité.
J’ai laissé séché une nuit et le lendemain, j’ai repris mon modelage, pour retravailler les petites fissures qui apparaissaient. J’ai fait cela pendant deux jours de suite, j’ai « massé » ma forme en entier pour pouvoir faire apparaître une forme propre et lisse du moins c’était ce que je souhaitais. J’aime les finitions propres et bien faites, je me dis toujours que c’est ce qui peut permettre de mettre plus en valeur notre travail sur sa globalité.
J’apprécie de travailler sur ce modelage, car c’est un travail sur un long terme, évolutif qui me demande de la concentration, mais aussi d’avoir des gestes doux mais aussi de la vigueur. J‘apprends aussi avec ces mots : observer et attendre.
J’apprécie la texture de cet argile rouge, car à la  fin de mon travail, il se fait que j’ai les mains douces et ça c’est agréable à sentir au touché. On dirait que je me suis fait un masque de beauté !
Refaire une partie de mon travail, comme le socle par exemple, car il ne tenait pas, ne me dérangeait pas. Cela va avec mon côté consciencieuse et le fait aussi que j’aime faire convenablement les choses que j’entreprends  de A à Z .
J‘apprécie particulièrement aussi ce côté : créer, donner une forme et la faire s’exprimer. J’en reviens à ce mot vivant.
Maintenant je dois voir et réfléchir pour la suite de ce travail, car j’ai encore quelques questions sans réponses dans ma tête.

Matériaux utilisés :

Argile rouge, et matériel de modelage.