BMP – 1/ beatrisse – Encre

BD-–-Encre-n°85-–-beatrisse-2béatrisse
Elle est celle qui a subi les viols paternels.
Elle est une fillette de 4 ans. Elle aime son papa qui jouait avec elle.
Elle est gentille et naïve. Parfois elle s’excite lors d’une bonne nouvelle.

Cette gravure réalisée à l’encre de Chine noire. J’ai utilisé un
stylo plume,  un crayon artist pen black  F et B, et  pour finir un crayon Pentet.

j’ai eu du mal à représenter cette personnalité en gravure, donc je me suis fiée à cette phrase :
Elle est celle qui a subi les viols paternels.
J’ai donc représenté un homme nu avec son sexe, et la petite fille dans le lit,  en confiance, mais je ne sais pas s c’est cette image d’un homme faisant une tel acte, une telle chose me déstabilise complètement, ça me démonte, me dépasse, me terrifie.
Beaucoup d’angoisse, de frayeur dans ma tête, un mal être.
J’ai pensé à ma génitrice qui m’a dit que mon géniteur était « malade du bas ». Ses mots sont là et me rendent dingue. Elle n’a jamais prononcé le mot « viol » envers moi, juste dit : « il était malade pas de sa faute ». Comme si je devais le comprendre et l’excuser ! Je me rappelle de cette froideur quand elle m’a raconté son arrestation dans le bourg du village. Elle n’a eu aucune réaction envers l’agression de cette petite fille que mon géniteur a eu. Comment peut-on ? Que veut-elle dire en disant « malade du bas » ? Et pourquoi jouer au yoyo avec cette situation, un coup elle reconnait et puis après plus rien. Je sais une chose : elle prend sa défense.
Le mot « exister » me rend dingue, j’en reviens au sexe.

BMP – 6/ BEaTriCE LS – Encre

BD-–-Encre-n°82-–-beatrisse-2Gravure de BEaTriCE LS réalisée à l’encre de Chine noire,  j’ai utilisé :
Stylo plume, un crayon artist pen black  F et un crayon Pentet ;

« est nulle, crever, vais mourir, moi nulle pan, moi enterrée » ? C’est elle qui dessine magistralement Dissociation, pulsion, bien être – Elle est capable, tout comme Grr Grr de mettre des commentaires. Sympa, elle ne détruit pas les autres.

Elle est apparue pendant l’été 2014, après des viols et maltraitances de l’ « ami » de Béatrice.
Ce n’est pas Grr Grr qui met en danger Béatrice, mais une autre personnalité, peut-être Béaa, ou Béa.
C’est la même personnalité  aussi qui parle au docteur L.

Je pense aussi qu’elle est apparue l’été dernier en 2015 et encore maintenant.
J’ai du mal à bien la repérer cette personnalité, car l’adulte femme Béatrice parfois en elle a cette envie de ne plus vivre quand la souffrance est trop trop forte, elle le demande, je veux dire quand ses troubles sont très violents. Mais après cela passe.
La différence entre ces deux personnalités est cette envie de se battre qui est présente chez Béatrice femme,  (Mémoire-Peinte ) ce côté combatif existe, et cette différence est importante.
Je dirais que BeaTriCE LS ressent un  très fort dégoût total envers elle, aucune estime d’elle-même c’est mort, aussi bien dans le regard envers son corps que dans son attitude, et dans sa confiance etc. Je dirais qu’elle est effrayée, cette angoisse de s’imposer face aux autres  personnes lui est très difficile, le mot « s’imposer » pour elle est une source de conflit. Elle préfère garder le silence. Se punir après, je pense aussi que cette envie de ce tuer est réelle en elle.
Je dirais aussi que cette personnalité ressort aussi le Week-end avec Béa. Elle est dangereuse juste envers elle je dirais pas envers les autres.

Dans cette gravure, j’ai représenté la corde, cette envie de mort, celle-ci est autour du cou de la femme que j’ai représentée en esquisse. Une tête petite pour montrer qu’elle veut rester transparente, j’ai dessiné un corps replié de honte, de dégoût.
Le visage en bas représente le côté homme, il représente mon « ami » sur le moment je voulais représenter une grande croix rouge et montrer une colère….