BD – Préparatifs pour l’exposition de « La table de Jeanne-Marie

Dernier après-midi de dessins et peintures 🖌✏🖌🌈 avec l’association les Arpents-d’art, dirigée par Roland.
Moment de partage, encadré par Roland et moi. Les œuvres seront exposées

du 6 novembre au 17 novembre 2018
à la Galerie Neuve à Tours

Il y avait beaucoup beaucoup de monde pour le service de midi. Quand je suis arrivée, le plat de résistance n’était pas fini d’être servi. Il manquait un peu de monde pour aider, donc je fais comme l’autre fois j’ai retroussé mes manches et hop c’était parti pour aider pour le service. Avec Victoire nous avons également lavé tous les sols 😜
Voilà c’était enfin propre, j’ai donc, j’ai pu installer mes tables. Cet après-midi c’était le dernier jour pour préparer l’exposition. Tous les jeunes sont très intéressés par celle-ci. Il y avait beaucoup de monde de prévu pour cet après-midi. Roland est arrivé également de bonne heure avec d’autres personnes.
Nous avons fait le point tous les deux sur l’organisation de cette exposition. C’est convenu également que je dois le rejoindre dans la galerie pour préparer la salle le 5 novembre au matin. Il aimerait bien aussi que j’expose quelques-uns de mes tableaux. Je lui ai parlé du blogue et d’Emmanuelle qui est l’art-thérapeute.
Nous étions à peu près 14 personnes autour des tables. Et ceux qui ne voulaient pas peindre sont allés au groupe de français avec Victoire. Nous étions bien assez pour organisés 😊.


Une fois que j’ai eu sorti tout mon matériel sur les tables, j’ai laissé Roland prendre la parole. Nous avons pu échanger tous ensemble sur cette exposition nous avons pu également écouter les différents avis. Nous en avons profité pour revenir sur l’événement du « Printemps des poètes ». Il fallait commencer à y penser. Je leur ai répété le thème de celui-ci qui est la beauté. Ça a été un moment d’échange très enrichissant 😊.

Puis nous nous sommes mis à peindre ✏🖌🌈. Les idées étaient présentes. Ce partage de dessins étaient beaucoup plus posé que celui de la semaine dernière. Il y avait beaucoup de nouvelles personnes, certaines que je ne connaissais pas encore. J’ai observé que les échanges étaient beaucoup plus cadrés avec celles-ci. Les opinions étaient beaucoup plus sures.
Peu à peu j’ai pu observer doucement des formes apparaître sur les feuilles. Celles-ci expriment toujours un souvenir ou une histoire. Quand on entend parler toutes ces personnes, les mots restent toujours aussi forts dans leurs expressions, tout comme leurs histoires. Ce qu’ont pu traverser toutes ces personnes pour venir en France est inimaginable… Après comme me l’a expliqué un de ces jeunes : les Français ont leurs opinions devant leur situation y compris une certaine violence par moment… cela m’a fait mal d’entendre cette situation de violence de la bouche de ce jeune homme, même si j’avais mon opinion je devais rester neutre. J’ai toujours dans ces moments-là l’impression de plus avoir de cœur à l’intérieur de moi, je n’aime pas trop ça ! J’en reviens à ces limites qui restent par moment très compliquées pour moi à gérer. J’aimerais ne pas perdre ce côté humain que j’ai et qui existe.


Même si de mon côté j’ai fait un dessin pour les accompagner, je suis également passer voir chaque personne comme j’aime bien faire à chaque fois. C’est ma façon à moi de leur montrer que ce que font toutes ces personnes m’intéresse. Tout comme j’ai beaucoup de mal à employer ce mot « immigré’ je les appelle par leur prénom. C’est déjà difficile à toutes ces personnes de  prouver leur identité en France auprès des administrations, que je me dis que ça ne sert à rien d’aggraver la situation. J’ai remarqué également par rapport à ça qu’il y avait un respect entre toutes ces personnes même si elles ne venaient pas du même pays. Il y a parfois des chamailleries : le son de voix et parfois plus haut mais ça ne va jamais très loin.

Plus l’après-midi passait doucement et plus je voyais naître des dessins. Leurs histoires étaient mises sur feuille en des formes colorées, même si celles-ci se montraient par moment timides. La bonne l’ambiance a toujours été présente pour tout le monde y compris les sourires et le partage. Comme d’habitude une demi-heure avant j’ai prévenu de la fin de l’atelier.
Une fois celui-ci terminé nous avons échangé ensemble sur tous les dessins. Chaque personne a pris le temps d’expliquer si elle le souhaitait ou pas. Pour ma part je dirais que c’était un moment poignant.
Nous avons mangé ensemble et nous avons terminé comme d’habitude par un goûter. Roland nous a exprimé cette chaleur humaine qui l’a trouvé en venant peindre avec nous. Tous les jeunes étaient ravis. De mon côté j’ai également remercié tout le monde.😉

BMP – Un paysage aux couleurs vives


Une nouvelle découverte, mon petit côté petite sorcière est revenu 🙂
Je n’écrirais plus que ce sont des idées farfelues qui me passent par la tête, car à chaque fois il y a une belle surprise qui apparaît dans ma production.
Mon idée pour cette fois-ci serait de faire naître une œuvre avec juste l’utilisation de l’essuie-tout, des glaçons et de l’aquarelle.

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre esquisse ?

Avant tout j’avais fait un petit essai sur une feuille et celui-ci m’a poussée à vouloir à le faire apparaître en plus grand. Mais je savais aussi que mon dessin, ne donnerait pas le même effet que l’essai que je venais de faire.
Je voulais également me servir du jaune aquarelle, à la fois pur mais aussi dans un mélange.
Pour commencer, j’avais besoin d’un point de repère pour m’aider, mais à quel endroit ? je ne le savais pas trop, mais ce besoin était là. Donc celui-ci serait le milieu de ma feuille, là où j’ai commencé à mouiller avec un glaçon.
Puis, j’ai pris de la couleur jaune aquarelle, comme la couleur de mon citron, dont je ne bois pas le jus en ce moment, mais dont j’aime toujours autant l’odeur. Donc pour en revenir à mon dessin, ce jaune je le pose directement sur ma feuille humide et c’est à ce moment-là que je vais utiliser le Sopalin, en faisant des petits mouvements, rapides et courts.
Puis j’ai pris le bleu, le orange, et toujours avec un nouveau morceau d’essuie-tout, je faisais ces mouvement mais en humidifiant plus ma feuille.

Je ne cherchais pas spécialement à savoir ce que j’allais faire comme forme. Non, moi ce qui m’attirait c’était de mélanger le Soplain avec les glaçons et l’aquarelle.
Pourtant je souhaitais que mon dessin fasse apparaître une forme qui traduirait une espèce de vie, avec des endroits où les couleurs seraient plus transparentes.
Je ne cherchais pas non plus à repérer du mouvement, non c’était vraiment attendre la surprise que ce morceau d’essuie-tout mouillé avec les glaçons pouvaient faire naître.
Mais malgré tout je voulais garder un certain contrôle pour la naissance de ce dessin. Mais j’étais très attirée par ce jaune, tout comme le voir se cacher par moment dans d’autres couleurs.
Tout comme par moment je souhaitais faire apparaître dans ce travail, un effet nuage.

Plus mon dessin prenait forme et moins je souhaitais rajouter de nouvelles couleurs. J’étais arrivée à faire ce que je voulais, donc j’ai terminé sans me poser des questions sur comment faire, ajouter quoi, etc.
Non tout s’est fait naturellement, je devais juste faire attention à mes gestes qui feraient naître cette production 🙂
Je voulais mettre cette couleur jaune en valeur, tout comme je souhaitais passer un agréable moment : sentir ce froid sous mes doigts et le laisser pénétrer dans ma peau.
Oui il y a une petit goutte de couleur rouge, je voulais apporter un petit côté cassant à mon dessin.
J’ai passé un agréable moment. Finalement le Sopalin a remplacé le pinceau 🙂
C’était je trouve  une chouette découverte.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Feuille de format 50 x 70 cm à grain fin.
Crayons de papiers, HB, 3B, 4B
Aquarelle