BMP – Deuil – 8 La sérénité – Mes mains gonflées

La personne endeuillée retrouve un état de calme propice à la reprise progressive de sa vie, non pas identique à ce qu’elle était avant. Elle a fait la paix avec ce moment de sa vie sans excès d’émotion. Elle vit dans l’ici et maintenant. Ce qui lui arrive au présent, a plus de retentissement que le passé. Si un nouveau projet se dessine, la personne est capable d’y adhérer.

Dans sa tête, le calme et l’apaisement sont plus présents. On peut dire qu’elle se sent plus légère, un peu comme une plume.
Pour faire naître mon esquisse, je voulais représenter les notions de “calme, de détente, de légèreté comme une plume” pour que ceux qui regardent cette peinture puissent comprendre cette phase de deuil. Cet ensemble ferait alors apparaître ce mot sérénité. Je veux dire que pour moi, il y a moins de tension intérieure devant les gonflements et de ce fait l’organisation de tous les jours est aussi différente et plus apaisée.

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre esquisse ?

J’ai donc pensé à créer un corps non recroquevillé, et moins tendu. Dans sa tête, cette personne devait ressentir de la sérénité, du calme.
Je voulais aussi représenter une main en train de dessiner. Son geste est devenu plus sûr, elle hésite beaucoup moins pour s’exprimer tant par le dessin que par l’écrit. La personne est moins angoissée devant cette situation de gonflement, elle fait avec et s’oblige à ne pas rester à tourner en rond c’est important pour le moral mais aussi pour aller mieux.
Pour faire apparaître cette légèreté dont j’ai parlée, j’ai pensé à une plume. Comme le duvet qui est dans les couettes et qui volent au moindre souffle.
Le point de départ de mon dessin a été la main, le centre en quelque sorte.
Puis j’ai continué en faisant apparaître les plumes qui symbolisent cette légèreté et j’ai terminé en dessinant le corps, qui se sent plus apaisé, plus calme et moins angoissé devant les gonflements.
Pour concevoir le manteau de mon aquarelle, je me suis servie de la roue des émotions de Robert Plutchik, d’autant que le jaune renvoie à la sérénité. Pour le reste des couleurs, je souhaitais rester dans le même ton, sauf pour la couleur du sol, que j’ai faite en vert, couleur qui renvoie à l’acceptation. Quand j’ai fini de poser les couleurs, j’ai pensé que les mots sérénité et acceptation allaient bien ensemble.

Matériaux utilisés :

Dessin  sur feuille de format de 50 x 70 cm à grain fin. Manteau en aquarelle, et les finitions  aux crayons de couleurs

Que ressentez-vous face à ce dessin ?

En regardant mon dessin je me disais que cela fait bizarre de percevoir un corps détendu et une main qui a une forme quasi normale. Je ne ressens pas d’angoisse.