Boris Cyrulnik « La mémoire traumatique »

Boris Cyrulnik « La mémoire traumatique »
Mercredi 1 novembre 2017
par Florence Lopes Cardozo
Publié dans Regards n°871 (1011)
Humain, limpide, Boris Cyrulnik explorera, ce mardi 21 novembre 2017 à 20h au CCLJ, la « mémoire traumatique », de ses souffrances emprisonnantes aux plus douces libérations.

Les sujets sont-ils généralement conscients de leur mémoire traumatisée ?

Oui, bien sûr, puisque le sujet est fasciné par son problème, par son traumatisme. Il est même hyper conscient. On dit que la mémoire est « intrusive », c’est-à-dire qu’il ne pense qu’à ça : tout ce qu’il perçoit de banal dans la journée évoque la mémoire de ce qui lui est arrivé. Et la nuit, ça lui revient sous forme de cauchemars. C’est-à-dire qu’il est prisonnier de sa conscience, de sa mémoire passée, il ne peut penser à autre chose, il ne peut pas penser à travailler, pas plus qu’à s’amuser.

Peut-on parler de transmission ?

Celui qui souffre de mémoire traumatique transmet son comportement étrange : il est prisonnier de son passé et n’est pas adapté aux relations avec ses amis, avec sa famille. On a du mal à se coordonner avec lui parce que, comme nous l’évoquions, il a perdu la liberté de penser. Il ne s’adapte plus à son contexte et cela instaure une difficulté relationnelle.
Par ailleurs, quelqu’un qui n’a pas été sur le terrain, et qui se représente le traumatisme d’une personne qu’il aime, peut très bien souffrir d’un traumatisme qu’il n’a pas subi.
Un exemple : des travaux ont été faits sur des jumeaux pendant la guerre du Vietnam. Il a été observé que lorsqu’un jumeau allait au combat, très souvent, le jumeau qui n’y avait pas été souffrait plus de traumatisme que celui qui l’avait vécu, il présentait l’équivalent d’une mémoire traumatique, ne pensant qu’à ça, prisonnier de ce qui s’était passé.

La mémoire traumatique présente-t-elle les mêmes symptômes selon que le trauma se passe dans l’enfance ou à l’âge adulte ?

L’enfance, c’est le moment de l’hyper mémoire. Il peut y avoir des traumatismes sans mémoire ou des mémoires sans souvenirs. Prenons le pire des traumatismes, celui qui délabre le plus : la carence affective, la carence sensorielle où les neurones ne sont plus stimulés et finissent par s’atrophier. L’enfant n’a pas conscience du traumatisme, mais il a de grosses altérations de la mémoire et des émotions. Beaucoup d’entre eux deviennent soit hyper violents, et on ne sait pas pourquoi, soit complètement indifférents, plus rien ne les fait vibrer. Il s’agit alors d’une mémoire traumatique, sans souvenirs, du fait que le cerveau est très altéré par la privation sensorielle. Ce constat clinique, on peut le mesurer aujourd’hui en neuro-imagerie. Chez les adultes, par exemple des femmes agressées sexuellement ou des hommes qui ont connu des situations effrayantes, nombreux sont ceux qui présentent un cerveau éteint, sidéré. On l’observe aussi en neuro-imagerie : le cerveau est gris. Il a juste de quoi consommer un peu de glucose un peu partout et on ne voit plus les variations de couleurs que l’on voit d’habitude. Ces « coups » provoquent des sortes d’amnésies traumatiques, des trous de mémoire qui correspondent au traumatisme. Mais la plupart du temps, c’est le schéma que je vous ai proposé précédemment, de l’hyper-mémoire, qui prédomine.

Toute mémoire traumatique peut-elle devenir « saine » ?

Oui, c’est le principe de la résilience, c’est-à-dire que si avant le trauma, les gens ont été vulnérabilisés par un isolement précoce, ils seront faciles à traumatiser. Ceux qui ont été sécurisés au cours de leur petite enfance recevront eux le coup, mais seront plus difficiles à traumatiser. Et, en revanche, si après le trauma, les gens sont laissés seuls et livrés à eux-mêmes, ils auront très peu de chance de déclencher un processus de résilience. A l’inverse, s’ils sont soutenus affectivement et verbalement, et si l’on cherche à comprendre ce qu’il leur est arrivé, il y aura un processus de résilience et la mémoire traumatique pourra s’effacer. Ce qui ne veut pas dire qu’on va oublier le trauma. On va reprendre une mémoire saine, c’est-à-dire évolutive, et on va pouvoir se remettre à vivre, avec le trauma, dans le corps, dans le cerveau et dans la mémoire et, le cas échéant, faire quelque chose de ce trauma, comme, par exemple, écrire, parler, échanger ou s’engager dans une association.

Pour lire l’article, cliquez sur le portrait

RAIVVI – La Relation d’Aide par l’Internet pour les Victimes de Viols par Inceste

L’objet de ce blogue collaboratif

Les interventions/ateliers – écriture des lettres – Exercices pratiques par l’Art-Thérapie – sont complémentaires à tout parcours médical obligatoire et ne peuvent pas le remplacer. Les interventions peuvent être réalisées en collaboration avec les psychologues ou psychiatres, hôpitaux, centres de soins ou préventions…
Nos services accompagnent les praticiens et professionnels de santé dans leur compréhension de la dissociation péri-traumatique.

Livre – Gérer la dissociation d’origine traumatique

Préface française de la Dre Muriel Salmona
page 16 du livre
Et il pallie la méconnaissance, la sous-estimation et l’incompréhension qui entravent l’identification des violences et de leurs conséquences psychotraumatiques. Restituer aux victimes traumatisées une parole, une cohérence, une vérité, une solidarité et des droits dont elles sont privés. Redonner du sens dans ce qui leur arrive, est une nécessité absolue.

Catalogue de l’exposition – samedi 19 mars 2016

Catalogue-p.1
Exposition-témoignage sur une dissociation post-incestuelle : Décomposer pour survivre – Recomposer pour vivre
Le fil rouge de l’exposition est constitué par les travaux artistiques d’une femme qui, victime de viols par inceste et de maltraitances pendant de nombreuses années, a développé une dissociation psychique. La chronologie des dessins et autres créations permet de mesurer d’une part les conséquences de ces maltraitances sur le psychisme, d’autre part de redonner espoir aux personnes dissociées suite à l’exposition prolongée à des situations traumatisantes : il existe des espaces de liberté pour briser le silence et ce faisant, exister et recomposer son identité.

Thématique

Nous contacter par courriel

Adhérer à l’association ATV

N’oubliez pas que derrière des syndromes post-traumatique graves,  il existe une personne qui demande à être regardée telle qu’elle est, comme elle est et qu’elle ne veut pas être regardée comme un rat de laboratoire où comme une personne qui amuse « la galerie ».
N’oubliez pas que cette personne n’a jamais demandé  à subir toutes ces conséquences post-traumatiques tous les jours. Elle n’a pas demandé à être violée, à être battue à mort, à être une chose et j’en passe. Elle ne demande qu’à être elle simplement et à être regardée ainsi, comme toute personne a le droit d’être regardée et respectée.

BD