BMP – Un dessin apaisant


Hier matin il m’est arrivé un événement qui m’a laissée sans voix.
Alors j’ai pris mes pinceaux et j’ai peint. J’ai juste regardé le mouvement de mes pinceaux bouger dans tous les sens. Dans ma tête je ne voulais plus réfléchir. Je voulais juste regarder ces différentes couleurs qui apparaissaient sur ma feuille.
J’ai juste observé ce que ce simple geste de mon poignet peut faire apparaître, c’est-à-dire une forme ce que j’appelle moi le début d’une vie ! Le début du premier mouvement entraîné dans les couleurs. Je ne cherche pas à comprendre ce qui s’est passé à ce rendez-vous d’hier matin, c’est déstabilisent et je ne sais pas quoi penser en fait surtout.
Je préfère jouer avec les couleurs et faire apparaître une dessin doux, plat, zen, juste de la plénitude.

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre esquisse ?

Dans ces moments-là, j’aime bien mouiller ma feuille plein d’eau et c’est ce que j’ai fait, noyer et faire disparaître !
Il n’y a pas longtemps j’avais expliqué que par moment j’aimais cacher dans mes couleurs ce qui me tracassait. Et là c’est ce qui s’est passé.
J’étais très attirée par la couleur bleue et par le blanc. Cela me faisait penser à des nuages, sensation de liberté et de grandeur.
Et puis je ne voulais pas en rester là, je voulais l’agrandir ce dessin.
Je me suis alors lancée à rajouter d’autres couleurs, comme du vert, du jaune et une petite goutte d’orange. J’ai pris ma spatule et j’ai mélangé le tout mais toujours avec ce petit trop plein d’eau pour faire apparaître encore plus de douceur, douceur qui évoque pour moi la discrétion.
Puis, trouvant que cela ne suffisait pas encore, alors que j’avais bien tout fait dans mes mélanges, j’ai rajouté quelques gouttes d’encres aquarelles liquides. Je voulais, malgré cette envie de faire apparaître cette douceur et cette discrétion, rajouter une petite noisette de silence.
Et me revoilà repartie à mélanger à nouveau mes couleurs, toujours avec un petit peu plus d’eau, et toujours en observant le geste de mon poignet.
Mais il y avait un dernier petit geste que je voulais rajouter et faire apparaître : c’était retranscrire ce mouvement et ça je ne devais pas l’oublier, car cela accompagnerait cette situation de faire naître une vie dans ma forme…
Voilà j’avais tout mis, ainsi que tous mes petits plus. Et il apparaît au final une plénitude…
Voilà pourquoi j’apprécie de prendre mes pinceaux juste pour ça, pour profiter de ces petits moments présents où rien n’a été prévu, à part le fait que je voulais juste penser à autre chose, penser à autre chose de plus apaisant.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Aquarelle réalisée sur feuille de format de 50 x 70 cm à grain fin.
Couleurs liquides aquarelles. Aquarelle en tubes.

Que ressentez-vous en regardant votre production ?

J’observe mon dessin de loin, il était imprévu mais une douceur est là. Mais je ne sais pas quoi penser en ce moment. Et je ne comprends pas toutes les réactions.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire