BMP – À propos de la couleur grise

Je ne me rapelle de rien ce matin concernant ce dessin. Et poster a été difficile.

À propos de la couleur grise.
Il y a des moments où dans ma tête, je veux dessiner sans couleur.
Dans ces moments-là, la couleur grise glisse dans ma tête, se faufile dans les coins et augmente cette espèce de brouillard. Je ne me sens pas exister, ce qui atténue la douleur qui est en moi à ce moment-là.

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre esquisse ?

J’ai choisi de prendre un petit format de feuille pour dessiner car je ne voulais pas me perdre. C’est ce que je voulais en premier. Ensuite, pour bien comprendre pourquoi cette situation fait ressortir une angoisse, et m’effraie, c’est plus compliqué.
J’ai commencé par faire naître le cœur de cette femme. Si je me souviens bien, c’est ce qui a été le plus important pour moi. Après pour concevoir le reste du corps, il me semble que sur le moment, je souhaitais qu’il soit disproportionné.
En ce qui concerne la bosse dans le dos, je n’ai ni souvenir, ni d’avoir accentué certains traits de mon dessin.
Pour personnifier le manteau de mon esquisse,  je ne ressentais pas l’envie d’y mettre de la couleur ; mais je n’ai pas de souvenirs. Je ne sais pas où était Béatrice l’adulte, je pense qu’elle n’aurait pas pu créer un dessin tel que celui-ci. C’est comme si j’étais endormie, et ne ressentais rien.

Qu’avez-vous ressenti ?

Je ne me pose pas la question qui dessine et qui est présent dans ces moments-là.
Le geste est présent et exprime ce qui n’est pas toujours compréhensible pour moi en tant qu’adulte.
Il m’arrive de vouloir et de ne rechercher aucune limite avec cette couleur grise. Cette sensation de vouloir voler est présente.
Parfois il m’arrive de ne plus faire la différence entre la réalité et le fait d’imaginer.
Ce que je veux dire c’est que quand ces moments, ces situations apparaissent, surgissent en moi, savoir si je me trouve sur un vrai pont par exemple, sur quelque chose qui existe, cela reste compliqué dans ma tête.
Je suis incapable de savoir si je suis “moi » en tant qu’adulte.
Je sais que Béatrice adulte était là, présente dans le temps présent, mais je n’en ai aucun souvenir.
Je ne me rappelle pas d’avoir senti le crayon dans ma main.
Je ne me rappelle pas non plus d’avoir eu des moments de blanc.
la douleur physique reste toujours présente
La douleur dans ma tête se montre par moment très violente.
J’ai une grande soif, savoir que je me remplis d’eau me rassure. Inonder mon corps a un effet apaisant. Je ne sais pas si cette réaction est bonne ou pas. Et de fait, je ne ressens pas le besoin de le savoir, en tant que l’adulte Béatrice.
Je ressens une grande frayeur si j’essais de comprendre pourquoi ci, pourquoi ça.
Je me sens lourde en moi et parfois de trop dans ce corps.

Matériaux utilisés

Dessin conçu sur feuille de format de 36x48cm
Crayon HB, 2B, 3B.

Que ressentez-vous face à ce dessin ?

En regardant ce dessin, en tant que Béatrice adulte je ressens de l’attirance dans la position du corps, après aller plus loin dans ma réflexion c’est plus compliqué.

4 réflexions au sujet de « BMP – À propos de la couleur grise »

        1. Je ne me sens pas rassurée dans ma tête.
          Mais là je dirais machinalement que je n’ai pas réfléchi, l’instinct.
          En le regardant ce matin je dirais que c’est déjà trop grand.

Laisser un commentaire