RAIVVI – La Relation d’Aide par l’Internet pour les Victimes de Viols par Inceste

L’objet de ce blogue collaboratif

Les interventions/ateliers – écriture des lettres – Exercices pratiques par l’Art-Thérapie – sont complémentaires à tout parcours médical obligatoire et ne peuvent pas le remplacer. Les interventions peuvent être réalisées en collaboration avec les psychologues ou psychiatres, hôpitaux, centres de soins ou préventions…
Nos services accompagnent les praticiens et professionnels de santé dans leur compréhension de la dissociation péri-traumatique.

Livre – Gérer la dissociation d’origine traumatique

Préface française de la Dre Muriel Salmona
page 16 du livre
Et il pallie la méconnaissance, la sous-estimation et l’incompréhension qui entravent l’identification des violences et de leurs conséquences psychotraumatiques. Restituer aux victimes traumatisées une parole, une cohérence, une vérité, une solidarité et des droits dont elles sont privés. Redonner du sens dans ce qui leur arrive, est une nécessité absolue.

Catalogue de l’exposition – samedi 19 mars 2016

Catalogue-p.1
Exposition-témoignage sur une dissociation post-incestuelle : Décomposer pour survivre – Recomposer pour vivre
Le fil rouge de l’exposition est constitué par les travaux artistiques d’une femme qui, victime de viols par inceste et de maltraitances pendant de nombreuses années, a développé une dissociation psychique. La chronologie des dessins et autres créations permet de mesurer d’une part les conséquences de ces maltraitances sur le psychisme, d’autre part de redonner espoir aux personnes dissociées suite à l’exposition prolongée à des situations traumatisantes : il existe des espaces de liberté pour briser le silence et ce faisant, exister et recomposer son identité.

Thématique

Nous contacter par courriel

Adhérer à l’association ATV

N’oubliez pas que derrière des syndromes post-traumatique graves,  il existe une personne qui demande à être regardée telle qu’elle est, comme elle est et qu’elle ne veut pas être regardée comme un rat de laboratoire où comme une personne qui amuse « la galerie ».
N’oubliez pas que cette personne n’a jamais demandé  à subir toutes ces conséquences post-traumatiques tous les jours. Elle n’a pas demandé à être violée, à être battue à mort, à être une chose et j’en passe. Elle ne demande qu’à être elle simplement et à être regardée ainsi, comme toute personne a le droit d’être regardée et respectée.

BD

6 réflexions au sujet de « RAIVVI – La Relation d’Aide par l’Internet pour les Victimes de Viols par Inceste »

  1. Emmanuelle, j’ai besoin de travailler, de peintre. Par moment ce n’est pas facile de travailler sur moi-même, sur mon passé, je ne me sens pas bien.
    On interprète mal ce que les autres nous renvoie, ou ressentent. Ce travail remue les boyaux tout est bousculé, on ne prend pas toujours bien les conseils dans le bon sens, ou même nos tords.
    C’est ce qui se passe en ce moment pour moi et en moi.
    Je ne voulais pas être désagréable avec vous, je ne voulais pas dépasser les « bornes » mes remises en questions sont honnêtes.
    Je voudrais comprendre ce qui se passe en moi et réussir à faire des liens. Comprendre ce qui réactive ce passé.
    Je ferais encore plus d’efforts pour y arriver. Y compris dans mon état d’être, et dans mon travail.
    J’aime ce que je fais même si parfois le chemin est rude à gravir. Mais j’ai de la volonté et surtout j’y crois à ce mieux.
    Je voudrais danser encore encore avec mes pinceaux et les couleurs, les formes.
    Je ne suis pas sans défauts, personnes d’ailleurs, tout le monde peux dérailler, mais il suffit de revenir sur le droit chemin et de continuer d’avancer, et essayant de ne pas refaire les même erreurs.
    C’est un bijou qu’il y a sur ce blogue, un travail de longue haleine, important. C’est comme écrire un livre, et le continuer est ma force mais aussi mon médicament, une aventure formidable remplie de belles choses extraordinaires.

    1. Je ferais encore plus d’efforts pour y arriver.

      Je ne veux pas de plus d’efforts, ça ne se situe pas à ce niveau là. C’est encore un truc de vos mères. Vous devez lâcher votre passé, c’est du passé et arrêter de vous y accrocher pour survivre. Vous avez le dessin pour vivre et si vous continuez à survivre, vous n’aurez jamais d’avenir.

      1. Moi je veux vivre et avoir un avenir.
        Je dois apprendre à gérer mes émotions du passé quand elles viennent dans le présent, dans le travail que je fais sur moi et dans les événements.
        Je sais que j’en suis capable. Parce que justement j’ai le dessin. Et je garde en moi cet espoir d’un mieux encore et encore.
        Et aussi une chose importante : j’aime ce que je fais, découvre et je m’y intéresse parce que j’arrive à comprendre et c’est ça qui est bon et beau aussi. Y compris pour tous ces liens qu’on travaille ensemble et qui sont parfois un peu compliqués pour moi à comprendre. Mais comme ça fait du bien ! Justement me sentir vivre dans le présent.
        Il y a encore beaucoup de choses à faire, les surprises du présent à découvrir, ce mouvement que j’aime tant.

        Voilà pour quoi j’aime ce blogue:
        http://artherapievirtus.org/RAIVVI/category/consequences/dissociation/page/28/

  2. Cela fait un an aujourd’hui qu’a eu lieu cette exposition à Clichy. Cette journée, ces rencontres formidables sont gravées dans mon cerveau, et c’est un vrai bonheur de m’en rappeler.
    Une pensée particulière à toutes les personnes rencontrées ce jour-là, qui m’ont accueillie avec toutes leur gentillesse, et respect et leurs sourires.
    Merci de m’avoir fait vivre cet événement.
    Je suis toujours aussi émue, et fière.

  3. Je me promène, je glisse et je suis émue, jamais je ne cesserais de flâner sur ce blog. A chaque fois je retrouve des moments que ma mémoire a oubliés, un texte, une toile, un article. Surfer dessus est bien meilleur que les médocs contre mon angoisse que je prends qui agissent une fois sur deux. Le plus beau c’est de regarder les beaux résultats qu’apporte ce blog en ce qui me concerne, c’est encore mieux qu’une séance avec mon psy oh ne le prenez pas mal docteur mais lui au moins il reste ouvert 24h sur 24h. Ce blog est vivant :). Il a une histoire.

  4. Je suis toujours étonnée des découvertes que l’on peut faire sur ce blogue.
    c’est trop ça. 🙂 j’aime bien flâner, lire, relire, chercher le côté positif quand c’est négatif.

Laisser un commentaire