Anish Kapoor

Aujourd’hui Anish Kapoor (né en 1954) l’artiste anglais d’origine indienne, – l’Inde, un pays terriblement coloré – joue avec la matière dans des sculptures en perpétuel mouvement, aussi fragiles qu’insaisissables. A Monumenta 2011, Anish Kapoor nous invitait à rentrer dans une énorme sculpture, une sphère gonflée d’air et rouge carmin dans la nef du Grand Palais à Paris. L’une des constantes de son œuvre est la couleur rouge, grâce à laquelle il arrive à provoquer des sensations ambivalentes, extrêmes et vertigineuses comme beaucoup d’artistes. Anish Kapoor a fait du rouge son obsession. Nous ne cesserons de le répéter le rouge est tonalité du sang et du feu, symbole de vie et de pouvoir, de sexe et d’amour mais aussi de violence, d’excès et de colère associé au Mal et à l’Enfer le rouge est LA couleur par excellence.

Le Leviathan d’Anish Kapoor : pour une expérience inversée

3 réflexions au sujet de « Anish Kapoor »

  1. C’est impressionnant, intriguant, insaisissable. Le tout englobé de mot attirant.
    Sur la droite on dirait une ouverture pour aller dans la direction d’un cœur humain.
    Mais j’ai cette impression de découvrir une autre planète nouvelle que j’appellerais : planète rouge de vie vie. Un ensemble de ce que représente ce rouge en mots. J’ai la sensation de me sentir petite devant elle.
    Je me disais que monsieur le grignoteur Grr grr serait heureux dedans. C’est un fantastique jeux de matières.

    Répondre

  2. Cela me fait penser au toboggan dans les piscines, j’avais peur, ou aussi l’intestin, tout ce qui est tube me rappelle aussi les enfants en stage qui sont passés par des hospitalisations en néonatalogie, intubés, avec les soins invasifs, et qui rejouaient ceci en séance vers 4 ans, à jouer avec les tubes : parler à travers, communiquer avec quelqu’un comme un téléphone, faire rouler des billes dedans… jouer avec les circuits de voiture, les mini-toboggans, passer à travers un tunnel de parcours psychomoteur.

    Répondre

    1. « qui sont passés par des hospitalisations en néonatalogie, intubés, avec les soins invasifs »

      Ça m’effraie cette phrase, les mots.
      Passer à travers un tunnel, comme un voyage avec plusieurs portes à découvrir pour évoluer en psychomotricité.
      Cela me fait penser à une aorte aujourd’hui sur la droite. Comme quoi ANISH KAPOOR sait nous faire voyager.
      Mais une question ne vient là, elle est bizarre…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.