Échange : le patient d’une tumeur cérébrale utilise l’art comme thérapie

By JERRILYN ZAVADA, The Times Aug 10, 2017

In this July 9, 2017 photo, Jeremy Johnson, bring his art and teaching skills to the Illinois Valley Brain Injury Clubhouse in Streator, Ill. John is a brain tumor survivor and teaches abstract art as a way to get in touch with people’s innate creativity. (Tom Sistak/Ottawa Times via AP)


En ce mois de juillet 9, 2017 la photo, Jeremy Johnson, apporte son art et des compétences d’enseignant au Pavillon des Blessés du Cerveau de Vallée de l’Illinois à Illinois Streator.
John est un survivant d’une tumeur cérébrale et enseigne l’art abstrait comme une façon de se mettre en contact avec la créativité innée des gens. (Tom Sistak/Temps d’Ottawa via AP)

Pour lire l’article, cliquez sur le logo du SFGate.com

2 réflexions au sujet de « Échange : le patient d’une tumeur cérébrale utilise l’art comme thérapie »

  1. Cet article donne beaucoup d’espoir.
    Il n’y a pas de fautes dans l’abstrait, j’aime beaucoup la place du mot « faute » ici, ça donne envie de se lancer dans la peinture.

    « à utiliser leur intuition et à s’amuser avec la peinture sans frontières »

    Elle est pas belle cette phrase, sans frontière, tout est accepté concernant notre création sans jugement 🙂 et bien je trouve que c’est rassurant pour un.e « patient.e »
    Je mets la traduction ..

    STREATOR, Ill. (AP) – Jeremy Johnson a toujours eu une capacité artistique naturelle, mais en 2010, son intérêt pour elle a pris un nouveau tournant lorsqu’il a été diagnostiqué avec une tumeur cérébrale.
    Johnson a commencé à avoir des convulsions et a dû retourner dans la maison de ses parents à Ottawa.
    « J’ai commencé à peindre après la tumeur du cerveau », a déclaré Johnson. « Je ne sais pas ce que c’était, je l’ai trouvé très émotif. J’étais toujours bien en dessin, mais l’abstrait, je ne pouvais pas bien y arriver. Je ne pouvais pas me lâcher, laisse tomber. Tu sais comment ils disent que le yoga est méditatif et thérapeutique « Je ressens la même chose sur la peinture abstraite ».
    Il aime l’idée que « il n’y a pas de fautes dans l’abstrait », et il a apporté son talent et sa capacité d’enseignement naturel en juillet au club de lésions cérébrales de la vallée de l’Illinois dans Streator dans le cadre d’une subvention dans le cadre de l’équipe d’action Thrivent.
    Lori Welch, qui a fondé le club, a déclaré que les avantages de l’utilisation de l’art et de la musique avec ceux qui ont subi des traumatismes cérébraux traumatiques sont énormes. Le clubhouse a déjà mis en place un programme de musicothérapie établi avec un thérapeute certifié.
     » Depuis que j’ai commencé ce programme, il y a beaucoup que nous pouvons faire et ne pas être des thérapeutes. Je ne suis pas un thérapeute « , a déclaré Welch. « L’art et la musique transcendent la pensée, la mémoire – elle rappelle les souvenirs, aide à la socialisation, à l’expression créative. Pour certaines raisons, avec l’art et la musique, nous voyons toujours des souvenirs, des compétences cognitives, et ils l’aiment.
    Avec l’histoire de Johnson d’une tumeur cérébrale et les crises qui l’accompagnent, il peut rejoindre les membres du clubhouse d’une manière unique.
    « Quand j’ai entendu parler de Jeremy, je devais le faire venir ici, en particulier avec ses antécédents », a déclaré M. Welch. « Ils peuvent se rapporter à lui et ils peuvent savoir qu’il y a une vie au-delà d’un TBI avec l’art et la musique ».

    Johnson a commencé par encourager les membres du club à laisser aller les attentes, à utiliser leur intuition et à s’amuser avec la peinture sans frontières.
    « Les saisies sont difficiles pour nous », a-t-il déclaré. « Je veux apprendre à vous les gars comment faire cela, parce que c’est amusant. L’abstraction est nous-mêmes, unique, donc nous n’avons pas besoin de copier quoi que ce soit, laissez-le couler. Les couleurs deviennent notre sentiment. Nous allons choisir Quelle que soit la couleur qui nous intéresse ».
    Avec les sons de «Air» de Bach coulant en arrière-plan, Rachael Spence se tenait à sa table et se déplaçait avec la musique, peignant en deux nuances de violet et une nuance de vert-jaune.

    « Je vais juste avec le flux », at-elle dit. « Cela me fait sentir heureux. Il ressemble à des vagues! »

    Ken Poutre a combiné bleu, rouge, orange et blanc pour créer sa création.

    « J’aime beaucoup (art) », at-il dit. « Je dessine beaucoup de photos ici. Je l’aime vraiment, c’est quelque chose que j’aime. »

    Johnson dit que les autres l’ont encouragé à élargir sa portée. Il enseigne souvent dans un cadre individuel, et a trouvé qu’il a aidé les autres à l’aider.

    « Je suis socialement isolé, mais plus je le fais, plus cela m’aide », a-t-il déclaré.

    ___Source: The (Ottawa-Streator) Times, http://bit.ly/2us6bVF

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *